Coronavirus et VIH: quelles implications de l’un sur l’autre ?

Je m’étais juré de m’appuyer sur cette CROI virtuelle pour me laver le cerveau de la «Coronacrise». Mais l’histoire du VIH vient s’inviter dans le débat. A commencer par l’inquiétude sur le terrain des patients séropositifs concernant l’absence de recommandations à ce jour pour les personnes vivant avec le VIH (PVVIH). C’est ainsi que pendant que cette CROI virtuelle tentait de s’imposer —au passage c’est un bon coup pour assurer la collecte des droits d’inscription?— le Ministère de la Santé français, en pleine tourmente, a sollicité différentes sociétés savantes pour établir des listes de personnes présentant des facteurs de risque importants nécessitant des mesures barrières supplémentaires vis-à-vis du risque d’infection par le coronavirus

Essai ANRS-QUATUOR: Aucun effet délétère sur le réservoir viral mesuré dans le sang et le sperme après un an de traitement intermittent 4 jours sur 7

L’essai de phase III ouvert, multicentrique, prospectif, randomisé (ANRS 170-QUATUOR) a démontré à S48, la non-infériorité d’une trithérapie 4/7 jours versus une trithérapie de 7/7 jours chez 636 patients bien contrôlés sous un traitement comprenant un InSTI, un INNTI, ou un IP.

Des molécules anti-VIH à l’étude contre l’épidémie de Covid-19

Il n’existe actuellement pas de traitement spécifique contre le nouveau coronavirus qui vient d’émerger en Chine. Dans l’urgence, les firmes du monde entier tentent d’identifier des agents antiviraux efficaces pour lutter contre la maladie, et s’intéressent, entre autres, à plusieurs molécules déjà utilisées contre le VIH ou le VHB.

ViiV Healthcare submits regulatory application to the European Medicines Agency for fostemsavir

London, 10 January 2020 – ViiV Healthcare, the global specialist HIV company majority owned by GSK, with Pfizer Inc. and Shionogi Limited as shareholders, today announced the submission of a marketing authorisation application (MAA) to the European Medicines Agency (EMA) seeking approval of fostemsavir, an investigational, first-in-class attachment inhibitor for the treatment of HIV-1 infection.

20e Congrès de la SFLS: Dépasser le 3×90 pour éliminer le VIH

Le 20e congrès de la Société Française de lutte contre le sida (SFLS) s’est ouvert ce jeudi 24 octobre à La Rochelle, avec pour mot d’ordre: «Innover au-delà des 3 x 90». Alors qu’une baisse significative —mais modeste au regard d’autres pays ou villes— du nombre des nouvelles contaminations est observée en France, comment aller plus loin, vers l’éradication du VIH ou au moins le contrôle de l’épidémie? Les objectifs de l’Onusida pour mettre fin à l’épidémie sont-ils suffisants dans le contexte français? Le 90-90-90 est-il un but en soi ?

Allégement thérapeutique: L’essai Quatuor, le traitement 4 jours sur 7

Si le recours aux bithérapies est l’une des stratégies étudiée de près pour alléger le traitement des personnes vivant avec le VIH, une autre pistes de recherche est de s’attaquer à la prise quotidienne : Ainsi, les premiers résultats de l’essai ANRS Quatuor montre la non-infériorité du traitement réduit à quatre jours par semaine, par rapport au même traitement administré sept jours sur sept.

Données concernant l’utilisation du dolutégravir chez les femmes en âge de procréer

En 2018, L’étude Tsepamo, réalisée au Botswana, avait montré un risque potentiel accru de malformation fœtale chez les femmes qui avaient pris du dolutégravir au tout début de leur grossesse. Retour à l’IAS 2019 sur un risque pris très au sérieux par l’Organisation mondiale de la santé, qui recommande toujours le dolutégravir comme antirétroviral de première ligne.