Les chiffres 2020 du VIH : l’ombre du Covid-19

Comme tous les ans, Santé publique France présente, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, les derniers chiffres de l’épidémie de VIH en France. Certains avaient déjà été présentés en septembre 2021, et tous dessinent un inquiétant tableau : celui de l’impact délétère, probablement à long terme, de l’épidémie de Covid-19 et des confinements sur la réponse face au VIH/sida.

Les chiffres du VIH à l’heure du Covid-19

L’épidémiologie, autre victime collatérale du Covid-19 : Contrairement aux années précédentes à cette date, les chiffres de l’épidémie de VIH/sida en France pour l’année 2019 ne sont pas encore connus à cause d’une sous-déclaration inédite. Santé publique France a néanmoins communiqué des tendances concernant le VIH et les IST bactériennes.

Chiffres du VIH en France : L’impact de la PrEP

En 2018, pour la première fois depuis des années, la tendance est à la baisse en ce qui concerne le nombre de nouvelles contaminations, grâce au dépistage, au traitement comme prévention (Tasp) et à la diffusion de la PrEP chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Ces chiffres, encourageants, ne doivent cependant pas faire oublier les disparités régionales, mais aussi populationnelles, face au VIH.

Nouvelles contaminations VIH en 2017: Pourquoi les chiffres français sont-ils mauvais

Les chiffres des nouvelles contaminations pour l’année 2017 viennent d’être rendus publics par Santé publique France. Contrairement à de nombreux pays occidentaux, ils ne sont pas encourageants: Aucune baisse du nombre de découvertes de séropositivité n’est à célébrer. Comment expliquer cette spécificité française, à l’heure de la Prep?