Le recours au dépistage du VIH et IST, toujours insuffisant

A l’occasion des journées thématiques de la SFLS et du SPILF consacrées aux IST, à la PrEP et à la santé sexuelle, les épidémiologistes de Santé Publique France (SPF) ont présenté des chiffres provisoires concernant l’activité de dépistage du VIH et des IST. Celle-ci reste fragilisée par le covid et insuffisants pour faire baisser le nombre de personnes non-diagnostiquées.

Comprendre l’épidémiologie du Covid-19

Alerte initiale en janvier 2020, description clinique de la maladie dans le courant du même mois et mise à disposition de la séquence du virus quelques semaines plus tard seulement… la qualité de la recherche scientifique et de l’échange d’informations a permis aux connaissances médicales de prendre un formidable départ lors de l’apparition du SARS-CoV-2 (NDR : après, cela s’est vite gâté !).

Les chiffres 2020 du VIH : l’ombre du Covid-19

Comme tous les ans, Santé publique France présente, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, les derniers chiffres de l’épidémie de VIH en France. Certains avaient déjà été présentés en septembre 2021, et tous dessinent un inquiétant tableau : celui de l’impact délétère, probablement à long terme, de l’épidémie de Covid-19 et des confinements sur la réponse face au VIH/sida.

Les chiffres 2019 du VIH, handicapés par le Covid-19

L’épidémie actuelle de Covid-19 n’a pas magiquement fait disparaître celle du VIH, et risque même d’entraver les récents progrès réalisés en la matière. En effet, le recueil d’information épidémiologique, plus compliqué que jamais, ne nous permet pas de connaître le nombre de nouvelles découvertes de séropositivité. Le nombre total de test de dépistages du VIH réalisés a en tout cas clairement baissé.

Nouvelles contaminations VIH en 2017: Pourquoi les chiffres français sont-ils mauvais

Les chiffres des nouvelles contaminations pour l’année 2017 viennent d’être rendus publics par Santé publique France. Contrairement à de nombreux pays occidentaux, ils ne sont pas encourageants: Aucune baisse du nombre de découvertes de séropositivité n’est à célébrer. Comment expliquer cette spécificité française, à l’heure de la Prep?

Stabilité des chiffres 2017 du VIH en France

Très attendus, les derniers chiffres du VIH produits par les équipes de Santé publique France et présentés officiellement aux Journées Thématiques 2019 de la SFLS, ne seront pas encore cette année une bonne surprise. En 2017, environ 6 400 personnes ont découvert leur séropositivité. Un chiffre stable depuis plusieurs années.

Le VIH en France en 2017

Les chiffres français 2017 du VIH, annoncés par Santé publique France, ne sont pas bons: En 2016, 6003 personnes ont découvert leur séropositivité. Les hommes gays et bisexuels représentent 44% de ces personnes et 27% de ces découvertes peuvent être considérées comme tardives. 

Des chiffres tristes et un réel besoin d’innovation en dépistage et prévention diversifiée

On a beau triturer les chiffres dans tous le sens, les données actualisées sur l’infection à VIH et les IST en France produites à l’occasion de la journée du 1er décembre par Santé Publique France demeurent une mauvaise nouvelle. Pis encore, plusieurs mauvaises nouvelles auxquelles dont on ne saurait s’habituer, tiennent en une seule: cette apparente stabilité, tant du nombre de découverte de séropositivité (6 000 en 2016 : – 5 % ) que celui du dépistage VIH en France (5.4 millions de tests : + 4 %), a de quoi dérouter si on ne tente pas d’en expliquer les mécanismes.

PREVAGAY 2015 : Une prévalence toujours élevée chez les HSH en France, y compris les plus jeunes

Les résultats de la deuxième étude PREVAGAY viennent d’être publiés: la prévalence reste élevée chez les hommes ayant des rapports avec des hommes (HSH), et ce même au delà de Paris, terrain unique de l’enquête Prevagay précédente, et y compris parmi les plus jeunes.