21.04.16

L’AFRAVIH revient pour sa 8ème Conférence Internationale Francophone de lutte contre le VIH et les hépatites à Bruxelles du 20 au 23 avril 2016. Vih.org est sur place et couvre l’événement en partenariat avec la Lettre de l’Infectiologue

Hépatite C à Montréal : une explosion inquiétante de VHC chez les HSH ?
Migrants d’origine subsaharienne en France : quel parcours de vie et de santé ?
Essai 2LADY-ANRS 12169 : la 3ème ligne de traitement vue du Cameroun
Lesbiennes et VIH en Afrique : la «triple peine» des FSF
Etude ECOVIR : stratégie d'allègement chez des patients virologiquement contrôlés
Désir et intention de procréation chez des femmes vivant avec le VIH à Abidjan
Etude TEMPRANO-Social : initiation précoce du traitement antirétroviral en Afrique - conséquences sociales et comportementales
Plateformes ouvertes et charges virales : le programme OPPera
Interview : comment OPP-ERA fait bouger les lignes
Monothérapie DRV/r 600/100 mg chez des patients en succès thérapeutique
Analyse coût-efficacité de 3 stratégies de 2ème ligne en Afrique subsaharienne: l'option de l'OMS est la meilleure
Etude ANRS12168 DYNAMO : VIH-1/O ou VIH-1/M - différence de CV et réponse au traitement
Etude ANRS 12270 : prévalence du VHC/VHB en population générale au Burkina-Faso
Etude FIBRHIVIET-ANRS 12262 : près d'un quart des co-infectés VIH/VHC au Vietnam ont une fibrose sévère ou une cirrhose
Etude DOLULAM : bithérapie par DTG et 3TC en maintenance - résultats à S48
«La solidarité, c’est la tendresse des peuples»*
Appel de Bruxelles pour la PrEP
Tuberculose multi-résistante : nouvelles stratégies thérapeutiques
18.03.16

Avec son annonce de résultats préliminaires, «encourageants» mais non publiés, d'un vaccin curatif testé sur des patients séropositifs à Marseille, la start-up française Biosantech a une nouvelle fois créé le buzz autour d’elle, avant que les militants engagés dans la lutte contre le VIH et des scientifiques dont le directeur de l’ANRS Jean-François Delfraissy, n’appellent à la raison: ces résultats ne veulent rien dire.

Par Charles Roncier, vih.org
19.04.16

Le 1er Sommet de la vape souhaite rassembler le 9 mai prochain l’ensemble des parties prenantes (scientifiques, politiques, associations, autorités de santé, utilisateurs) afin de débattre ensemble du meilleur moyen de favoriser l’essor de l’utilisation de la cigarette électronique en tant qu’alternative au tabac chez les fumeurs et de minimiser les potentiels effets négatifs.

07.04.16

La précédente UNGASS sur le thème des drogues a eu lieu en 1998. Dans une déclaration solennelle, les états s’engageaient à tout mettre en œuvre pour éradiquer ou diminuer substantiellement la production et la consommation de l’ensemble des drogues illicites dans le monde dans les dix ans. Le bilan dressé en 2008 par l’ONUDC ne s’est pas montré à la hauteur des espérances, loin s’en faut. C’est donc dans le cadre de la discrète Commission des stupéfiants qui a lieu chaque année à Vienne, et non lors d’une nouvelle UNGASS, que le bilan de la décade a été fait et les directions pour la suivante (2009-2019) ont été données. Entretien avec Werner Sipp, propos recueillis par Didier Jayle.

Par Didier Jayle, vih.org
07.04.16

Le Jeudi 21 avril de 17h15 à 19h (Hall Copper), l'ANRS organise un symposium satellite: «Migrants d'Afrique subsaharienne et politiques migratoires en Europe: quel impact pour le VIH et les hépatites?».

Par ANRS, France Recherche Nord&Sud Sida-HIV Hépatites

A LIRE SUR LE WEB

Carnets

21.04.16

Selon le Pr Christine Rouzioux, les données du programme OPP-ERA peuvent changer la donne dans les pays du Sud. L’intégration de la mesure de la charge virale dans la prise en charge des patients doit maintenant se généraliser. Ces données sont présentées lors de la 8ème Conférence de l’AFRAVIH qui se déroule à Bruxelles du 20 au 23 avril.Le Pr Christine Rouzioux (laboratoire de virologie, Hôpital Necker, Université Paris Descartes, Paris) est la responsable scientifique du programme OPP-ERA.

Par ANRS, France Recherche Nord&Sud Sida-HIV Hépatites
07.04.16

Le Jeudi 21 avril de 17h15 à 19h (Hall Copper), l'ANRS organise un symposium satellite: «Migrants d'Afrique subsaharienne et politiques migratoires en Europe: quel impact pour le VIH et les hépatites?».

Par ANRS, France Recherche Nord&Sud Sida-HIV Hépatites
21.03.16

Le virus de l’hépatite B reste un problème de santé publique majeur en France avec près de 300.000 personnes porteuses chroniques de cette infection. Pouvant rester silencieuse pendant de longues années, cette infection peut provoquer sur le long terme des complications graves telles que la cirrhose et/ou le carcinome hépatocellulaire. A ce jour, les traitements disponibles permettent de contrôler la réplication du virus et non d’éliminer totalement le virus de l’organisme. Une étude soutenue par l’ANRS (France REcherche Nord & sud Sida -hiv Hépatites) et menée par des chercheurs du Centre Médical Universitaire de Genève, du Centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL, Inserm / CNRS /Université Claude Bernard Lyon 1/Centre Léon Bérard), en collaboration avec le laboratoire Gilead ouvre une nouvelle piste thérapeutique en révélant pour la première fois le rôle du complexe Smc5/6 comme facteur de restriction du virus de l’hépatite B. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue Nature.

Par ANRS, France Recherche Nord&Sud Sida-HIV Hépatites

Prévention

27.04.16

La communauté scientifique, médicale, associative et communautaire francophone lance un appel à l’occasion de l’AFRAVIH 2016 pour demander l’accès universel à la PrEP .

02.03.16

Un cas d’échec documenté de prophylaxie pré-exposition ( PrEP ) malgré une bonne adhérence a été rapporté lors de la CROI 2016, à Boston, fin février. Les chercheurs pensent que la Prep ne s’est pas montrée efficace face à un virus résistant à plusieurs médicaments et ce malgré des niveaux d’adhérence élevés chez ce patient.

29.02.16

La seconde phase de l'étude ANRS IPERGAY, réalisée en phase ouverte (tous les participants reçoivent le Truvada®), montre une efficacité maintenue de la PrEP chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ( HSH ) très exposés au risque d'infection par le VIH .

25.02.16

L’essai ANRS Ipergay a montré que la PrEP (prophylaxie pré-exposition) se montre être efficace chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, très exposés par leurs pratiques sexuelles au risque d'infection par le VIH . La prise de ce traitement antirétroviral préventif nécessite un suivi régulier avec des tests de dépistage du VIH. Alors que durant l’essai ANRS IPERGAY les tests de dépistage étaient réalisés à l’aide de tests de 4ème génération, détectant l’antigène p24 et les anticorps anti-VIH associés dans certains cas à la détection d‘ARN-1, les chercheurs ont regardé si le test de dépistage rapide du VIH permet d’obtenir les mêmes résultats.

Traitements

27.04.16

Les données Européennes de surveillance de la tuberculose montrent, en 2015, une incidence d'environ 5 % pour les formes multi-résistantes (TB-MDR) dont 18 % de formes XDR avec une répartition hétérogène selon les pays, ceux de l'ancien bloc de l'Est étant les plus touchés.

23.04.16

Cette étude pilote française monocentrique (Montpellier) a évalué l’efficacité et la tolérance d’un switch pour une bithérapie DTG 50 mg/3TC 300 mg en une prise par jour chez des patients virologiquement bien contrôlés (≥ 12 mois). 

23.04.16

Les VIH -1 groupe O (VIH- 1/O - Outlier) sont endémiques au Cameroun (environ 1 % des infections par le VIH). Ils sont caractérisés par une grande diversité génétique intra-groupe et sont très divergents par rapport au VIH1/M (Major). Les propriétés génétiques et antigéniques ont des répercussions sur le diagnostic, le suivi virologique et la prise en charge thérapeutique des patients infectés, en particulier une résistance naturelle aux INNTI, pourtant utilisés au Cameroun en première ligne de traitement. L’étude ANRS12168 DYNAMO avait pour objectif de comparer, sur une période de 24 mois, les réponses cliniques, virologiques et immunologiques à un traitement par 2 INTI +1 IP/r (AZT + 3TC + LPV/r) instauré chez des patients naïfs de tout traitement antirétroviral, infectés par un VIH-1/O ou par un VIH-1/M (figure 1). 

22.04.16

Le coût élevé des antirétroviraux de 2ème génération représente un frein à leur utilisation et ce, tout particulièrement dans les pays à ressources limitées. L'objectif de cette analyse complémentaire de l'étude 2LADY conduit au Cameroun, Burkina Faso et Sénégal était d'évaluer le coût-efficacité de 3 stratégies de traitement de 2ème ligne : TDF/FTC + LPV/r (groupe de référence); ABC + ddO + LPV/r (groupe ABC/ddI) et TDF/FTC + DRV/r (groupe DRV/r).

Vivre avec le VIH

25.04.16

Durant la 8ème Conférence de l’AFRAVIH , la question de la santé et des migrants a été mise en avant à de nombreuses reprises grâce aux présentations des résultats de l’étude ANRS PARCOURS.

Par Charles Roncier, vih.org
23.04.16

Cette étude pilote française monocentrique (Montpellier) a évalué l’efficacité et la tolérance d’un switch pour une bithérapie DTG 50 mg/3TC 300 mg en une prise par jour chez des patients virologiquement bien contrôlés (≥ 12 mois). 

23.04.16

Les VIH -1 groupe O (VIH- 1/O - Outlier) sont endémiques au Cameroun (environ 1 % des infections par le VIH). Ils sont caractérisés par une grande diversité génétique intra-groupe et sont très divergents par rapport au VIH1/M (Major). Les propriétés génétiques et antigéniques ont des répercussions sur le diagnostic, le suivi virologique et la prise en charge thérapeutique des patients infectés, en particulier une résistance naturelle aux INNTI, pourtant utilisés au Cameroun en première ligne de traitement. L’étude ANRS12168 DYNAMO avait pour objectif de comparer, sur une période de 24 mois, les réponses cliniques, virologiques et immunologiques à un traitement par 2 INTI +1 IP/r (AZT + 3TC + LPV/r) instauré chez des patients naïfs de tout traitement antirétroviral, infectés par un VIH-1/O ou par un VIH-1/M (figure 1). 

22.04.16

La Pr. Christine Rouzioux (laboratoire de virologie, Hôpital Necker, Université Paris Descartes, Paris) est la responsable scientifique du programme OPPera, qui vise à la généralisation de l’intégration de la mesure de la charge virale dans la prise en charge des patients du Sud. Elle a fait le point sur ce projet lors de la 8ème Conférence de l’AFRAVIH.

Épidémiologie

22.12.15

La ministre de la Santé et des Affaires sociales Marisol Touraine a annoncé mercredi 4 novembre l’autorisation, par étapes, du don du sang par les homosexuels: «Nous voulons aller vers un alignement des conditions requises pour donner son sang pour tous». Des propos qui ont été pourtant, globalement, assez mal accueillis, voire mal compris. La même politique est appliquée aux États-Unis depuis le 21 décembre. 

Par Charles Roncier, vih.org
01.12.15

Une part importante (entre 35 % et 49 %) de migrants d’Afrique subsaharienne séropositifs pour le VIH et résidant en Ile-de-France ont été infectés après leur arrivée en France. Tel est le résultat principal de l’étude ANRS PARCOURS, coordonnée par Annabel Desgrées du Loû (Institut de recherche pour le développement/IRD) et financée par l’ANRS (France REcherche Nord&sud Sida -hiv Hépatites). Ces résultats ont fait l’objet de publications dans les revues Eurosurveillance et AIDS, et viennent de paraître dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 1er décembre.

01.12.15

Le sida est la première cause de décès chez les adolescents en Afrique. Et en France, depuis 2003, le nombre de découvertes de séropositivité VIH a plus que doublé chez les jeunes hommes ayant des rapports avec d’autres hommes ( HSH ) de 15 à 24 ans.

01.12.15

Les données actualisées sur les IST montrent une augmentation des cas, particulièrement de syphilis chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes.

Hépatites

23.04.16

En 2014, une étude transversale a été réalisée parmi les PPVIH sous antirétroviraux suivis à la consultation de l'hôpital Viet Tiep de Haiphong. Les patients présentant une sérologie VHC positive, en succès de traitement ARV (CD4 > 200/mm3), ont été inclus dans l'étude. Une évaluation des caractéristiques démographiques, cliniques, virologiques et une élastométrie (Fibroscan®) ont été réalisés.

23.04.16

L’objectif de cette étude était d'estimer la prévalence des infections par le VHB, VHC et VHD sur un échantillon représentatif de la population générale, au niveau national et régional. Elle est basée sur les données et les échantillons de sang collectés sur papier buvard au cours de l'enquête EDS de 2010. 

23.04.16

L’objectif de cette étude était d’évaluer les changements épidémiologiques du VHC à Montréal. Tous les patients suivis à la clinique médicale l’Actuel (le plus grand centre extra-hospitalier de traitement du VIH et des hépatites à Montréal) ont été inclus dans cette étude rétrospective.  Au total, 1 984 patients infectés par une hépatite virale (A, B, C, D ou E) ont été inclus dans la cohorte HEPVIRAC (dont 84 % - 1 662 infectés par le VHC). 

21.03.16

Le virus de l’hépatite B reste un problème de santé publique majeur en France avec près de 300.000 personnes porteuses chroniques de cette infection. Pouvant rester silencieuse pendant de longues années, cette infection peut provoquer sur le long terme des complications graves telles que la cirrhose et/ou le carcinome hépatocellulaire. A ce jour, les traitements disponibles permettent de contrôler la réplication du virus et non d’éliminer totalement le virus de l’organisme. Une étude soutenue par l’ANRS (France REcherche Nord & sud Sida -hiv Hépatites) et menée par des chercheurs du Centre Médical Universitaire de Genève, du Centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL, Inserm / CNRS /Université Claude Bernard Lyon 1/Centre Léon Bérard), en collaboration avec le laboratoire Gilead ouvre une nouvelle piste thérapeutique en révélant pour la première fois le rôle du complexe Smc5/6 comme facteur de restriction du virus de l’hépatite B. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue Nature.

Systèmes de santé

27.04.16

Les données Européennes de surveillance de la tuberculose montrent, en 2015, une incidence d'environ 5 % pour les formes multi-résistantes (TB-MDR) dont 18 % de formes XDR avec une répartition hétérogène selon les pays, ceux de l'ancien bloc de l'Est étant les plus touchés.

25.04.16

Édito — L’Afravih 2016 est avant tout une grande conférence internationale sur le VIH / sida et les hépatites. Une conférence plurielle, transdisciplinaire, haut de gamme, terreau d’échanges et d’expériences.

25.04.16

Durant la 8ème Conférence de l’AFRAVIH , la question de la santé et des migrants a été mise en avant à de nombreuses reprises grâce aux présentations des résultats de l’étude ANRS PARCOURS.

07.04.16

Le Jeudi 21 avril de 17h15 à 19h (Hall Copper), l'ANRS organise un symposium satellite: «Migrants d'Afrique subsaharienne et politiques migratoires en Europe: quel impact pour le VIH et les hépatites?».

Drogues et RDR

19.04.16

Le 1er Sommet de la vape souhaite rassembler le 9 mai prochain l’ensemble des parties prenantes (scientifiques, politiques, associations, autorités de santé, utilisateurs) afin de débattre ensemble du meilleur moyen de favoriser l’essor de l’utilisation de la cigarette électronique en tant qu’alternative au tabac chez les fumeurs et de minimiser les potentiels effets négatifs.

07.04.16

La précédente UNGASS sur le thème des drogues a eu lieu en 1998. Dans une déclaration solennelle, les états s’engageaient à tout mettre en œuvre pour éradiquer ou diminuer substantiellement la production et la consommation de l’ensemble des drogues illicites dans le monde dans les dix ans. Le bilan dressé en 2008 par l’ONUDC ne s’est pas montré à la hauteur des espérances, loin s’en faut. C’est donc dans le cadre de la discrète Commission des stupéfiants qui a lieu chaque année à Vienne, et non lors d’une nouvelle UNGASS, que le bilan de la décade a été fait et les directions pour la suivante (2009-2019) ont été données. Entretien avec Werner Sipp, propos recueillis par Didier Jayle.

28.01.16

Le Palfium®, médicament commercialisé mais soumis à la législation sur les stupéfiants, devient un objet de convoitise pour les usagers d’opiacés et, pendant un temps, l’un des outils de la substitution informelle pratiquée par les médecins généralistes. C’est donc plusieurs pans de l’histoire de la toxicomanie et de sa prise en charge thérapeutique qui se reflètent dans l’histoire de ce produit.

19.01.16

Du 23 au 26 juin 2015, s’est tenue, à Copenhague, la consultation régionale sur les stratégies de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le secteur de santé VIH, hépatites et infections sexuellement transmissibles (IST) sous le thème principal de la couverture sanitaire universelle. Les stratégies proposées ont pour objectif la lutte contre les épidémies de VIH, d’hépatites et d’IST au cours de la période 2016-2021. Elles seront soumises à l’approbation de la 69e assemblée mondiale de l’OMS en 2016.