Quelles orientations pour la Mildeca en 2023 ?

En quarante ans, la Mildeca a pris différentes formes et appellations… En cette veille d’élection présiden- tielle, l’évolution continue des addictions et des usages nous amène à une forte inquiétude. Cette institu- tion qui a su jouer un rôle majeur, parfois imitée dans différents pays, est aussi un symptôme de la vision sociétale, contextuelle des addictions, et de l’intérêt du pouvoir politique. Plaidoyer pour son retour!

La réduction des risques est-elle de gauche ou de droite?

Réduction des risques (RdR) et réformisme en matière de drogues sont-ils à ranger dans l’escarcelle du «progressisme» sociétal de la gauche ou bien les fruits d’un humanisme libéral de droite porté par l’initiative courageuse de quelques femmes? Trente années de zigzags institutionnels, coupés d’alternances ne rendent pas cette lecture facile, mais il est possible de commenter une chronologie politique dont les principaux faits d’armes sont connus.

La droite, un père fouettard de papier ?

Depuis la loi de 1970, les avancées majeures en termes de réduction des risques sont à mettre au crédit de… la droite. Retour sur trois moments-clefs dans cet élan donné par la droite à la réduction des risques, non sans frictions internes, autour de trois femmes –Monique Pelletier, Michèle Barzach et Simone Veil– et d’un homme, Jean-François Mattei.