IAS 2019: 10e Conférence scientifique sur le VIH

Du 21 au 24 juillet s’est tenue la 10e Conférence scientifique sur le VIH, organisée par l’International AIDS Society (IAS), parfois appelée en français Société internationale sur le sida. Au programme, entre autre: les résultats partiels de l’essai ANRS de traitement quatre jours sur sept Quatuor, des données complémentaires des essais Prévenir (Prep en France), des données sur l’utilisation du dolutégravir pendant la grossesse et des données long terme des essais Gemini (bithérapie DTG/3TC). Le Dr Cédric Arvieux était sur place pour le COREVIH Bretagne et nous reproduisons ses compte-rendus avec son aimable autorisation.

Études Prévenir et EPIC: L’impact persistant de la Prep

Les résultats de l’étude EPIC, en Australie, et de l’étude Prévenir, en France, ont été présentés à Mexico, à l’occasion de l’IAS 2019. Ils confirment l’impact persistant de la Prep sur la réduction du nombre de cas de transmission du VIH, et sa haute efficacité, que ce soit dans sa forme continue ou à la demande.

« Nous pouvons mettre fin à l’épidémie, si nous sommes tous ensemble ! »

La Conférence de Washington a été, au-delà de ses enjeux évidents –scientifiques, publics, sociétaux–, l’occasion de mettre en valeur la passation de pouvoir au sein de l’International AIDS Society (IAS), avec le discours plénier de sa nouvelle présidente, Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine. En voici une retranscription. 

La guérison du VIH: une «nouvelle frontière» de la recherche mondiale contre le sida

Françoise Barré Sinoussi, codécouvreuse du VIH et 34 chercheurs lancent un nouveau programme à l’occasion de la conférence mondiale sur le sida, qui s’ouvre dimanche 22 juillet à Washington. «Vers la guérison du VIH» [« Towards an HIV Cure »]: le nom de ce programme scientifique de l’International Aids Society (avec le soutien du NIH, de l’ANRS, de Sidaction et de TAG) est volontariste et ambitieux.