CROI 2020: la 27e Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes

Cette nouvelle édition de la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes se tient du 8 au 11 mars 2019, initialement depuis Boston, mais surtout sur le net pour cause d’épidémie de Covid-19.

La crise des opioïdes

Aux Etats-Unis, le détournement des opioïdes de la pharmacopée américaine, au premier rang desquels le fentanyl, questionnent et déroutent les soignants comme les associations, qui butent sur le fort pouvoir addictogène des produits concernés et sur l’absence d’outils de réduction des risques adaptés.

Le chemsex

Le chemsex recouvre l’ensemble des pratiques relativement nouvelles apparues chez certains hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), mêlant sexe, le plus souvent en groupe, et la consommation de produits psychoactifs de synthèse. De ces pratiques découlent parfois de nouvelles addictions, qui questionnent et déroutent usagers, soignants et associations.

Chiffres du VIH en France : L’impact de la PrEP

En 2018, pour la première fois depuis des années, la tendance est à la baisse en ce qui concerne le nombre de nouvelles contaminations, grâce au dépistage, au traitement comme prévention (Tasp) et à la diffusion de la PrEP chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Ces chiffres, encourageants, ne doivent cependant pas faire oublier les disparités régionales, mais aussi populationnelles, face au VIH.

Les antirétroviraux génériques

Les médicaments génériques d’antirétroviraux (ARV) bouleversent depuis quelques années l’accès aux traitements contre le VIH, au Nord comme au Sud. Avec les génériques du Truvada®, la prophylaxie pré-exposition, la Prep, devient moins chère et c’est toute la prévention qui en bénéficie. Mais l’impact des ARV génériques déborde du simple champ du VIH, pour modifier en profondeur l’image des génériques qu’ont prescripteurs et patients.