La conférence de Vancouver sur les infections sexuellement transmissibles

Du 14 au 17 juillet 2019, une des plus grandes conférences mondiales sur les infections sexuellement transmissibles (IST), «STI & HIV 2019 WORLD CONGRESS», se tenait à Vancouver. Au programme de la conférence intitulée cette année The Evolving Landscape of STI and HIV Elimination («Le paysage changeant des IST et de l’élimination du VIH»), la crainte du développement des résistances aux antibiotiques, les taux de nouvelles infections depuis 2010 et l’impact de la Prep. Le Pr Didier Jayle était le correspondant de Vih.org sur place.

Oui, la syphilis reste la grande simulatrice

La première session de la conférence (CCS01) commence à l’américaine à 7h du matin, ce qui n’est pas insupportable quand on est encore sous l’effet du jet lag, même pour ceux qui auraient fumé du cannabis la veille dans un des nombreux potshops de Vancouver (voir la photo ci-dessous)… et démarre par des cas cliniques qui nous rappellent que la syphilis n’est pas toujours anodine.

Le paysage changeant des IST et de l’élimination du VIH

Une des plus grandes conférence mondiale sur les infections sexuellement transmissibles (IST), «STI & HIV 2019 WORLD CONGRESS» s’est tenue à Vancouver du 14 au 17 juillet 2019. Cette conférence a lieu tous les deux ans, alternativement en Amérique du Nord et en Europe, et s’est ouverte depuis peu aux autres continents. Le Pr Didier Jayle était notre correspondant sur place.

La résistance de Mycoplasma genitalium aux antibiotiques est très élevée chez les HSH sous PrEP

Mycoplasma genitalium (Mg) est un agent d’infection sexuellement transmissible (IST) émergent chez les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH), évoluant vers une multirésistance aux antibiotiques, faisant même soulever la notion de bactérie «XDR» (Extensively Drug Resistant), réduisant les possibilités thérapeutiques chez les patients symptomatiques.

MémoDépistages : Le dépistage des IST par auto-prélèvements envoyés à domicile par la poste.

«STIs are on the rise» comme l’a rappelé Jeanne Marrazo lors de la 1ère session plénière dédiée aux IST, stars de cette CROI 2019. En plus, de montrer que les principales IST bactériennes (Chlamydia trachomatis (Ct), gonocoque (Ng) et syphilis) augmentaient aux Etats-Unis ; elle a aussi rappelé que les infections asymptomatiques, impliquant une inflammation locale, sont favorables à la transmission du VIH, mais en l’absence de PreP. C’est ici qu’intervient «MémoDépistages».