La prophylaxie pré-exposition ( PrEP ) est une stratégie de prévention de la transmission sexuelle du VIH en cours d’évaluation depuis plusieurs années. Elle repose sur l'utilisation de substances à base  d'antirétroviraux sous différences formes (gels, comprimés…) par des personnes séronégatives ayant des pratiques sexuelles pas toujours protégées. L'objectif est de réduire le risque de contamination par le virus du sida . Les résultats des différentes études menées jusqu’à présent sont contrastés. Lancé en janvier 2012, l’étude ANRS Ipergay évalue, contre placebo , une stratégie inédite. Celle-ci repose sur les conclusions d'une étude antérieure menée chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ( HSH ), l'essai IPREX. Dans ce dernier, une prise par jour d'un comprimé de Truvada® (une bithérapie associant ténofovir et emtricitabine) réduit en moyenne de 44% le risque d'être infecté. Dans l'étude ANRS Ipergay, plutôt qu'un traitement quotidien, il est proposé aux participants de le prendre « à la demande », à l’occasion des rapports sexuels. A cette offre de traitement s'ajoute un accompagnement renforcé de la prévention : conseils personnalisés, mise à disposition de préservatifs et de gel, dépistage régulier et traitement des infections sexuellement transmissibles.

«L’idée, souligne le Pr Jean-Michel Molina (Groupe Hospitalier Saint-Louis, Paris), coordinateur de l'étude, c’est que le traitement préventif soit plus simple, mieux toléré et mieux adapté à la vie des personnes qu’un traitement continu à prendre tous les jours. L’une des grandes questions que nous nous posons est de savoir si ce traitement à la demande est bien pris par les participants de l’étude

C’est pourquoi une évaluation régulière de l’observance est effectuée tout au long de l’essai. Elle repose sur des questionnaires, le comptage des comprimés mais aussi sur la mesure des concentrations des médicaments dans le sang, méthode la plus objective pour apprécier l’observance d’un traitement. Les résultats présentés lors de la conférence de Melbourne portent sur 548 échantillons sanguins obtenus auprès des 113 premiers participants de l’essai1. Ils montrent que les deux antirétroviraux composant le Truvada® (ténofovir et emtricitabine) sont détectés chez 86% et 82% respectivement des participants du groupe prenant la molécule.

« Ce niveau d’observance est un des meilleurs observés dans les essais réalisés  jusqu’ici avec une PrEP orale, indique le Pr Molina, et est un préalable indispensable si notre stratégie se révélait efficace ».

Un second travail, présenté également à la conférence de Melbourne, évalue la pharmacocinétique de  la double dose de Truvada® évaluée dans l’étude ANRS Ipergay2. Cette étude réalisée chez dix participants montre que la double dose permet d’obtenir rapidement une exposition élevée aux deux antirétroviraux. «Cela peut paraître évident, précise le Pr Molina, mais l’augmentation de la dose d’un médicament n’est pas toujours corrélée à une augmentation de même ordre des concentrations dans l’organisme. Nous avons ainsi validé l’idée que nous pouvons renforcer la concentration en médicament dans l’organisme avant d’être exposé au risque d’infection

Pour le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l’ANRS (France REcherche Nord&sud Sida-hiv Hépatites), «ces résultats sont importants car la PrEP à la demande s'avère bien acceptée par les HSH. Cela ne préjuge pas de l’efficacité de cette stratégie, mais c’est un premier pas très encourageant».

Intéressée par l'essai ANRS Ipergay, la fondation Gates va devenir partenaire de l’étude et contribuer à son financement ce qui permettra l’extension de l’étude en Europe.

Note de la rédaction de Vih.org : Gilles Pialoux, rédacteur en chef de Vih.org, est co-investigateur de l'étude iPergay.

  • 1. High Adherence Rate to Intermittent Oral PrEP with TDF/FTC among High Risk MSM (ANRS Ipergay).20th international AIDS Conference, Melbourne, 20-25 juillet 2014, abstract n°TUAC0103.
    Fonsart J1, Capitant C2, Spire B3,4, Cotte L5,6, Pialoux G7, Lorente N3,4, Peytavin G8,9, Charreau I2, Aboulker JP2, Molina JM10 and the ANRS Ipergay study group.1Saint-Louis Hospital, Biochimie, Paris, France, 2 INSERM , SC10-US019, Villejuif, France,3INSERM, UMR912 (SE4S), Marseille, France,4Aix Marseille University, IRD, UMR-S912, Marseille, France, 5Hospices Civils de Lyon, Infectious Diseases, Lyon, France, 6INSERM, U1052, Lyon, France, 7Tenon Hospital, Infectious Diseases, Paris, France, 8Bichat Hospital, Laboratoire de Pharmaco-Toxicologie, Paris, France,9INSERM, UMR 1137, Paris, France, 10Saint-Louis Hospital, Infectious Diseases, Paris, France
  • 2. Tenofovir and Emtricitabine Pharmacokinetics in Plasma and Saliva Following a Single Dose of TDF 600 mg/FTC 400 mg: Implications of On Demand PrEP (ANRS Ipergay). 20th international AIDS Conference, Melbourne, 20-25 juillet 2014, abstract n°LBPE28.
    Fonsart J1, Loze B2, Morel S3, Capitant C4, Chas J5, Charreau I4, Netzer E4, Peytavin G6,7, Pialoux G5, Delaugerre C8, Molina JM2 and the ANRS Ipergay study group.1Hospital Saint-Louis, Biochemistry department, Paris, France, 2Hospital Saint-Louis, Department of Infectious Diseases, Paris, France, 3AIDES, Paris, France, 4Inserm SC10-US019, Villejuif, France, 5Hospital Tenon, Department of Infectious Diseases, Paris, France,6Hospital Bichat, Paris, France, 7INSERM, UMR 1137, Laboratoire de Pharmaco-Toxicologie, Paris, France,8Hospital Saint-Louis, Department of Virology, Paris, France