ICASA 2017

Ce sera l’occasion de voir si les 10 000 délégués annoncés (en général gonflés d’un facteur 3) sont au rendez-vous… et surtout de discuter des avancées en terme de prévention et de prise en charge sur le continent Africain. Le COREVIH-Bretagne s’attachera particulièrement à rapporter les sessions où il sera question des avancées que nous avons considérées comme cruciales au Nord ces dernières années: PrEP (et ici, comment la rendre accessible aux femmes), accès aux anti-intégrases et modification des traitements de 1ère ligne, accès à la charge virale…

Faire le compte-rendu de l’ICASA reste un sport périlleux, l’organisation de la conférence ayant toujours un caractère un peu «aléatoire»: horaires fantaisistes, présentations conçues avec mais présentées sans support visuel, écran de projection immense mais image de la taille d’un gros timbre-poste, salle de presse de la taille d’un hall de gare et vide de tout mobilier (difficile de trouver une prise pour recharger un ordinateur, et encore moins une chaise), orateurs fréquemment absents… Par ailleurs les présentations ne sont pas toujours parfaitement limpides, et il est parfois difficile de faire émerger une conclusion. La dernière ICASA rapportée (17ème édition) sur le site du COREVIH-Bretagne était celle de Cape-Town (Afrique du Sud) en 2013, et l’organisation, au lendemain de la mort de Nelson Mandela, y était remarquable, de même que la qualité des présentations. Les premièrs jours de la conférence d’Abidjan nous replongent donc dans l’ambiance un peu plus folklorique de la conférence de Dakar il y une grosse dizaine d’année, toujours aussi sympathique et souriante, mais difficile à « rapporter » ! L’absence de connexion Internet stable sur le site du congrès rend difficile la réalisation des liens habituels vers les références bibliographiques et la vérification des sources citées par les orateurs…

Ces chronique de l’ICASA 2017 ont été réalisées et publiées en intégralité par Cédric Avrieux sur le site du COREVIH-Bretagne. Nous les republions ici avec l’aimable autorisation de l’auteur.

venenatis consequat. vel, Nullam justo odio Lorem porta. sem, mattis massa