La résistance de Mg aux macrolides ne cesse d’augmenter partout dans le monde, de même que la résistance aux fluoroquinolones (FQ). Il n’y pas de résistance aux cyclines, mais cette classe présente une faible efficacité pour éradiquer les infections à Mg. Les objectifs de ce travail, portant sur la cohorte Ipergay, étaient d’évaluer la prévalence et l’incidence de Mg et d’évaluer l’impact de la doxycycline (doxy) utilisée en prophylaxie post-exposition (PEP) dans cette même cohorte de “PrEPeurs”.

Durant la phase ouverte de l’essai Ipergay, une sous-étude sur la PEP Doxycycline a été menée. Chez tous les participants une recherché de Mg était réalisée sur 1er jet d’urine à l’inclusion et 6 mois après. Rétrospectivement, sur échantillons congelés, une recherche de Mg a été réalisée sur anus et gorge. Les résistances à l’azithromycine (AZM) et aux FQ ont aussi été réalisées rétrospectivement sur les prélèvements Mg-positifs au CNR des IST bactériennes (au CHU de Bordeaux).

Une prévalence élevée des infections asymptomatiques chez les HSH

Deux cent dix participants de l’étude PEP ont été analysés de juillet 2015 à janvier 2015. La prévalence de Mg à l’inclusion était de 10,5 % (tout site confondu), avec une nette prédominance au niveau urétral et anal. Un seul patient était symptomatique, tous les autres avaient une infection asymptomatique. Concernant les nouvelles infections à 6 mois, 11 participants ont acquis une infection asymptomatique à Mg (7 dans le bras PEP et 4 dans le bras sans PEP). L’incidence de Mg n’était pas différente suivant les bras.

Concernant la résistance, 39 échantillons (issus de 30 participants) étaient analysables. Les taux globaux de résistance à l’AZM et aux FQ étaient respectivement de 70 et 15 %.

Ces résultats confortent les dernières recommandations de la Société Française de Dermatologie d’arrêter le dépistage systématique de Mg des asymptomatiques. Réserver la recherche de ce pathogène aux situations symptomatiques Dans la mesure du possible, y associer celle de la sensibilité aux macrolides (AZI) ;  Privilégier la doxycycline à l’azithromycine dans le traitement présomptif des symptômes d’urétrite, de cervicite, et d’ano-rectite;

En conclusion, cette étude confirme la prévalence élevée des infections asymptomatiques à Mg chez les HSH sous PrEP. Elle confirme aussi la résistance très élevée aux macrolides de Mg, mais aussi aux FQ qui représentent une alternative thérapeutique des infections symptomatiques qu’il faudra préserver pour l’avenir.

D’après Cécile Bébéar et al., poster 966. Cet article a été rédigé pour la Lettre de l'Infectiologie à l'occasion de la CROI 2019. Nous le reproduisons ici avec l'autorisation de l'auteur.