Les chercheurs estiment le niveau de l’efficacité de la PrEP à la demande à 97%1. D’autre part, ces résultats permettent également de confirmer la bonne tolérance de la Prep à la demande. Répondant à une critique courante envers la Prep, il n’a par ailleurs pas été constaté d’augmentation significative de l'incidence des autres IST , par ailleurs élevée. On constate enfin un seul effet de désinhibition dans cette phase sans placebo , qui concerne l’usage du préservatif: il est déclaré être abandonné chez 86% des participants au 18e mois, contre 77 % au début de l’étude. Cette modification du comportement peut s’expliquer par la communication autour de l'efficacité de la Prep. 

Ces résultats, avec une borne supérieure de l'intervalle de confiance à 100%, sont même supérieurs aux niveaux de protection démontrés dans l’essai de Prep en continu britannique PROUD. C’est donc une nouvelle validation du schéma «à la demande» tel qu’utilisé dans Ipergay et qui n'est pourtant pas retenu dans l’autorisation de mise sur le marché européenne de Truvada® en Prep, ni dans les recommandations concernant la Prep aux Etats-Unis ou dans l'autorisation de la FDA américaine.

Ces résultats, présentés l’année dernière à la conférence internationale de Durban, sont publiés en ligne sur The Lancet HIV à l’occasion de l’ouverture de la Conférence IAS 2017 à Paris. Notons qu’il est très rare qu’un essai face l’objet d’une publication dans The New England Journal of Medicine puis dans The Lancet.  

Un très haut niveau d’efficacité en phase randomisée et en phase ouverte

On connaissait déjà les résultats de l’essai ANRS-IPERGAY qui avait démontré une très haut niveau d'efficacité de la prophylaxie pré-exposition (Prep) à la demande (86%), chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ( HSH ) très exposés au VIH .2

Suite à ces résultats d’efficacité importante, le comité indépendant de l’étude avait demandé que toutes les personnes sous placebo soient mises sous Truvada, débutant une nouvelle phase ouverte de l’essai initié en novembre 2014. Cette fois-ci, tous les participants recevaient le Truvada® à la demande, afin d’évaluer dans les conditions du réel si les bénéfices observés durant la première phase se maintenaient à long terme. L’incidence des autres infections sexuellement transmissibles (IST), la tolérance et l’impact sur les comportements sexuels étaient aussi observés. 

  • 1. RD 95%CI 81-100
  • 2. Molina et al. New England Journal of Medicine Dec 3, 2016