Quels sont les objectifs de l’étude ANRS Prévenir?

Pr Jean-Michel Molina: Il s’agit d’évaluer le déploiement de la prophylaxie pré-exposition ( PrEP ) au sein d’une stratégie globale de prévention du VIH à l’échelle de la région Ile-de-France. La PrEP repose sur la prise d’un traitement antirétroviral, soit de façon continue, soit à la demande, c’est-à-dire avant et après un ou plusieurs rapports sexuels. L’essai ANRS Ipergay a montré la très grande efficacité de la PrEP sur le plan individuel ; elle serait voisine de 100 % lorsque le traitement est pris de façon optimale. Il est désormais nécessaire d’en évaluer le bénéfice en termes de santé publique et donc son impact sur l’épidémie du VIH en Ile-de-France, une région particulièrement touchée. L’objectif est donc de parvenir à démontrer qu’une stratégie globale de prévention, basée sur le dépistage régulier de personnes à risque, le traitement immédiat des celles identifiées séropositives, et l’utilisation de la PrEP pour celles qui sont séronégatives, permet d’obtenir une diminution significative du nombre de nouveaux cas d’infection par le VIH chez les personnes les plus à risque. L’étude, qui va durer trois ans, va également nous permettre de caractériser les comportements des personnes vis-à-vis de la prévention et des outils que nous mettons à leur disposition.

Pourquoi est-il nécessaire de renforcer l’offre de prévention avec la PrEP?

Tout simplement parce que les données d’incidence sur le VIH montrent que le nombre de contaminations n’a toujours pas baissé au cours des dix dernières années en France, en particulier dans les populations les plus à risque. Nous continuons de voir dans les services hospitaliers beaucoup de nouvelles contaminations chez des personnes qui devraient pourtant être informées et se protéger. Avec la PrEP, nous disposons d’un nouvel outil très efficace et complémentaire du préservatif. Il est indispensable de pouvoir le proposer largement aux personnes les plus à risque en espérant ainsi enrayer enfin l’épidémie. C’est ce que vise l’étude ANRS Prévenir dans le cadre d’une évaluation scientifique.

C’est donc une étude très importante pour l’avenir?

Elle va être déterminante pour la politique de prévention du VIH en France. La preuve en est que de nombreux acteurs sont mobilisés autour de cette étude : la ville de Paris, la région Ile-de-France, Aides, l’AP-HP, Santé Publique France, etc. Il existe un fort consensus sur l’intérêt de ANRS Prévenir. Cette étude va permettre de savoir comment il faut proposer la PrEP aux personnes afin qu’elles l’adoptent. Elle sera aussi l’occasion de reparler de prévention au sens large, de l’utilisation du préservatif en particulier. Ce dernier a en effet l’avantage de protéger aussi des autres infections sexuellement transmissibles. Une meilleure information sur la prévention du VIH reste cruciale alors que trop de gens tendent à penser que la bataille contre le sida est déjà gagnée.