CROI 2019 — MémoDépistages : Le dépistage des IST par auto-prélèvements envoyés à domicile par la poste.

«STIs are on the rise» comme l’a rappelé Jeanne Marrazo lors de la 1ère session plénière dédiée aux IST, stars de cette CROI 2019. En plus, de montrer que les principales IST bactériennes (Chlamydia trachomatis (Ct), gonocoque (Ng) et syphilis) augmentaient aux Etats-Unis ; elle a aussi rappelé que les infections asymptomatiques, impliquant une inflammation locale, sont favorables à la transmission du VIH, mais en l’absence de PreP. C’est ici qu’intervient «MémoDépistages».

La présentation orale de l’abstract 49, assurée par Héloïse Delagreverie (Hôpital St-Louis), avec comme 1er auteur le Délphine Rahib (Sté Publique France), est particulièrement intéressante. C’est d’ailleurs la seule communication orale française sélectionnée sur abstract (voir interview) . Il s’agit de l’étude « MémoDépistages », avec le soutien de l’ANRS, une nouvelle stratégie élargie de dépistage des IST par auto-prélèvements  envoyés à domicile par la poste dans 4 régions françaises et les résultats de Paris sont présentés ce matin, soit 61 % des participants de l’étude.

L’objectif principal était d’évaluer prévalence et incidence des principales IST dont le VIH. L’autre objectif était d’évaluer l’acceptabilité et la faisabilité de cette méthode (déjà utilisée dans le passé pour Ct, études ChlamyWeb). Les critères d’inclusion étaient des HSH à haut risque, de plus de 18 ans et ne faisant pas partie d’un programme PrEP. Ils ont été recrutés essentiellement via les « applications gay ». Les personnes ayant accepté l’étude recevaient à domicile un kit complet (avec notices explicatives) pour les dépistages sanguins (VIH, VHC, Ag HBs, syphilis) et pour l’écouvillonnage multi-site pour Ct et Ng. Un bilan complet était réalisé à M0 et M6 et un dépistage VIH tous les 3 mois. Plus de 1 000 kits complets et analysables ont été reçus. Les principaux résultats sont présentés dans les Tableaux 1 et 2. Nous pouvons retenir essentiellement 7 découvertes d’infections VIH, dont une primo-infection. Ng est le principal agent d’IST bactérienne dépisté (11,7 %), essentiellement au niveau pharyngé ; Ct arrive en 2ème place (9,6 %), principalement au niveau anal. Au total, près de 1 participant sur 5 était positif pour l’une de ces 2 bactéries. Finalement, d’après les auteurs, l’acceptabilité et la faisabilité étaient très bonnes. Une méthode de dépistage à domicile à suivre. 

D’après Rahib D et al., communication orale 49. Cet article a été rédigé pour la Lettre de l’Infectiologie à l’occasion de la CROI 2019. Nous le reproduisons ici avec l’autorisation de l’auteur. 

ut et, risus justo Praesent luctus Sed fringilla dapibus