Recherche en prévention chez les HSH — Prep : L’essai Ipergay se poursuit

L’essai de prophylaxie pré-exposition (Prep) Ipergay ne s’arrêtera pas : L’ANRS considère qu’Ipergay peut être poursuivi dans sa phase pilote, et «étudie les conditions d’extension réalistes de l’essai à l’issue de cette phase».

L’avenir de l’essai avait été remis en question suite à la décision, cet été, par l’agence américaine du médicament d’autoriser aux Etats-Unis la prescription d’un médicament antirétroviral, le Truvada®, en prise quotidienne —en continu— dans le cadre de la Prep. 

L’agence national de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) avait alors saisi le comité scientifique de l’essai, composé de chercheurs, cliniciens et représentants de l’association Aides, ainsi que le comité indépendant, chargé de garantir la sécurité des participants à l’essai, et le comité associatif, afin de discuter de la pertinence de la poursuite de l’essai.

Le comité scientifique de l’essai a estimé que «la décision de la FDA n’est pas basée sur des éléments nouveaux depuis le démarrage d’Ipergay et ne modifie donc en rien la pertinence scientifique du projet».

Tensions

Les membres du comité associatif ont récemment exposé leurs divergences quant à l’approche à adopter vis à vis de la Prep et de la poursuite ou non d’Ipergay.

Act Up a ainsi quitté le comité, suite à la publication d’un communiqué de celui-ci, réclamant que l’on tienne compte en France de la mise à disposition aux États-Unis de l’antiviral Truvada, dénonçant les risques qu’une telle démarche ferait courir aux gays et le manque de recherche de consensus au sein du comité. 

Aides, de son côté, s’est prononcée pour la poursuite de l’évaluation de «l’efficacité de la prise à la demande de Truvada», à travers cet essai, mais l’association interpelle également «les autorités de santé pour la mise en place d’un accès précoce à la PrEP dans les conditions de dispensation qui ont été évaluées, c’est-à-dire un dispositif cohérent de prévention combinée».

Le Sneg, enfin, souhaite la poursuite d’Ipergay, mais est contre la mise à disposition de la Prep dans les conditions et le niveau de connaissances actuels. 

Un nouveau groupe de travail

On le voit, le débat autour de la prévention dans l’une des population les plus touchées par le VIH est toujours vif. C’est dans ce cadre que Jean François Delfraissy estime «qu’il faut élargir notre palette d’outils de réduction des risques afin de disposer de plusieurs combinaisons de moyens préventifs utilisables par chacun en fonction de son environnement, de son histoire individuelle».

L’ANRS annonce donc la création d’un groupe de travail, nommé avant la fin de l’année. Il sera chargé, avec le milieu associatif, d’explorer de nouvelles pistes de recherche afin d’optimiser, en population, les usages des différents moyens préventifs, y compris la Prep.

Gilles Pialoux, rédacteur en chef de Vih.org, est co-investigateur de l’essai Ipergay.

 

pulvinar adipiscing ultricies ut ipsum nunc felis