Etude ANRS12168 DYNAMO : VIH-1/O ou VIH-1/M – différence de CV et réponse au traitement

Les VIH-1 groupe O (VIH- 1/O – Outlier) sont endémiques au Cameroun (environ 1 % des infections par le VIH). Ils sont caractérisés par une grande diversité génétique intra-groupe et sont très divergents par rapport au VIH1/M (Major). Les propriétés génétiques et antigéniques ont des répercussions sur le diagnostic, le suivi virologique et la prise en charge thérapeutique des patients infectés, en particulier une résistance naturelle aux INNTI, pourtant utilisés au Cameroun en première ligne de traitement. L’étude ANRS12168 DYNAMO avait pour objectif de comparer, sur une période de 24 mois, les réponses cliniques, virologiques et immunologiques à un traitement par 2 INTI+1 IP/r (AZT + 3TC + LPV/r) instauré chez des patients naïfs de tout traitement antirétroviral, infectés par un VIH-1/O ou par un VIH-1/M (figure 1). 

Figure 1 : Schéma de l'étude DYNAMO

Le traitement a été initié chez les patients selon les critères de recommandations du CNSCNS Le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) est une commission consultative indépendante composée de 26 membres, qui émet des Avis et des recommandations sur les questions posées à la société par ces épidémies. Il est consulté sur les programmes et plans de santé établis par les pouvoirs publics. Ses travaux sont adressés aux pouvoirs publics et à l’ensemble des acteurs concernés. Le Conseil participe à la réflexion sur les politiques publiques et œuvre au respect des principes éthiques fondamentaux et des droits des personnes.
Voir la définition
du Cameroun. Afin de pouvoir comparer les résultats, les patients ont été appariés sur la classe d’âge, les CD4, le sexe, le taux d’hémoglobine et le statut VIHVIH Virus de l’immunodéficience humaine. En anglais : HIV (Human Immunodeficiency Virus). Isolé en 1983 à l’institut pasteur de paris; découverte récemment (2008) récompensée par le prix Nobel de médecine décerné à Luc montagnier et à Françoise Barré-Sinoussi.
Voir la définition
(1 VIH-1/O pour 2 VIH-1/M). Le critère de jugement principal était le pourcentage de patients ayant une charge viraleCharge virale La charge virale plasmatique est le nombre de particules virales contenues dans un échantillon de sang ou autre contenant (salive, LCR, sperme..). Pour le VIH, la charge virale est utilisée comme marqueur afin de suivre la progression de la maladie et mesurer l’efficacité des traitements. Le niveau de charge virale, mais plus encore le taux de CD4, participent à la décision de traitement par les antirétroviraux.
Voir la définition
indétectable (CV< 60 copies/ml) à M12. Au total, 47 patients VIH-1/O et 94 patients VIH-1/M ont été inclus. A l’inclusion, la médiane de CV était significativement plus
basse (p<0,001) chez les patients VIH-1/O (4,3 Log (3,8-4,7)) que chez les patients VIH-1/M (5,1 Log (4,8-5,9)). A M12, 88 % des patients VIH-1/O avaient une CV indétectable vs 84 % des patients VIH-1/M (p ajusté=0,38) en analyse per protocole (tableau 1) et 60,5% des patients VIH-1/O avaient un gain de plus de 50 % des CD4 par rapport à J0, contre 78,8% des patients VIH-1/M (p=0,07)(M 24 : 76,3 % des patients VIH-1/O ont un gain de plus de 50 % de CD4 par rapport à J0, contre 89% des patients VIH-M (p=0,08)(figure 2).

Tableau 1 - DYNAMO

Figure 2 - DYNAMO

DYNAMO est la seule étude comparant la réponse aux traitements de première ligne entre les patients infectés par VIH-1/O et ceux infectés par un VIH-1/M. Les résultats obtenus montrent que les patients VIH-1/O, malgré une différence initiale de 1 log de CV, ont une réponse virologique identique aux patients VIH-1/M avec le schéma proposé. Les patients VIH-1/M récupèrent cependant plus rapidement de CD4 entre l’inclusion et M24.

(Kouanfack C et al. Abstract S17.05)

La lettre de l’Infectiologue et Vih.org s’associent pour couvrir l’AFRAVIH 2016.