74 IL-6, D-DIMER OR T-CELLS: WHICH BEST PREDICT EVENTS OR  EXPLAIN BENEFITS OF EARLY ART?
Jason V. Baker, Birgit Grund, Shweta Sharma, Abdel Babiker, for the INSIGHT START (Strategic Timing of AntiRetroviral Treatment) Study Group

Dans l'essai START, un peu plus de 4 000 patients avaient été randomisés traitement précoce versus différé, les résultats ont été communiqués en 2015 (Insight-Start Study group, NEJM 2015). Les biomarqueurs ont été étudiés a posteriori (IL-6, D-Dimères à l'inclusion et M8, CD4, CD8 et le ratio CD4/CD8) pour essayer de dégager les facteurs "inflammatoires" prédictifs des évènements cliniques sévères qui étaient les critères d'évaluation primaires de l'étude ( SIDA , décès ou évènement sévère non-SIDA). Les marqueurs les plus prédictifs de l'évolution péjorative sont l'IL-6, les D-Dimères et le ratio CD4/CD8, qui ont un effet prédictif similaire. Les CD4 sont peu prédictifs mais dans START, les patients sont inclus à des niveaux élevés de CD4.

75 SERIOUS CLINICAL OUTCOMES IN HIV-POSITIVE PERSONS WITH CHRONIC KIDNEY DISEASE (CKD)
Lene Ryom, Jens D. Lundgren, Matthew Law, Ole Kirk, Wafaa M. El-Sadr, Fabrice Bonnet, Rainer Weber, Eric Fontas, Antonella D'Arminio Monforte, Andrew N. Phillips, Colette Smit, Camilla Ingrid Hatleberg, Caroline Sabin, Amanda Mocroft, for the D:A:D Study Group

Il s'agit ici d'une sous-étude de la  cohorte D:A:D effectuée chez 2 467 patients ayant une maladie rénale. L'idée est de voir quels sont les facteurs de risque d'évolution vers des "évenements cliniques graves", dont le décès) spécifiquement chez ces patients. Pour chaque événement, un mode de calcul (complexe…) permet de donner un chiffre de fraction évitable. Le décès est la cause la plus fréquente d'événement clinique grave. La correction de la maigreur (IMC< 18) permettrait d'éviter 5.7% des décès, garder une clearance > 30 ml/min permettrait d'éviter 13,7% des décès, corriger la dyslipidémie permettrait de diminuer de 20% les évènements cardiovasculaires, mieux controler le VIH diminuerait les décès de 34%... 

Le tabagisme est un facteur de risque retrouvé de façon assez systématiquement associé aux évènements cliniques sévères de ces patients, que ce soit mortalité, les évènements cardiovasculaires ou les évènements sida.

Une comparaison des personnes sans maladie rénale dans la cohorte a été effectuée (34 116 patients) : la proportion d'évènements sévères est nettement plus importante chez les patients ayant une insuffisance rénale : RR d'environ 9 pour la mortalité, 6 pour les maladies cardio vasculaires.

76 INCREASED RISK OF PERIPHERAL ARTERY DISEASE IN PERSONS WITH HIV COMPARED TO CONTROLS
Andreas D. Knudsen, Jens D. Lundgren, Marco Gelpi, Ashley Roen, Amanda Mocroft, Shoaib Afzal, Børge Nordestgaard, Henrik Sillesen, Andreas Ronit, Anne-Mette Lebech, Lars Køber, Klaus F. Kofoed, Susanne D. Nielsen

L'association du VIH et des maladies cardiaques est établie (Hanna et al. CID 2016), mais la maladie vasculaire périphérique est encore mal qualifiée. L'objectif de l'étude COCOMO est d'estimer prévalence et facteurs de risques dans une cohorte prospective initiée en 2015, pour estimer les comorbidité des personnes suivies pour leur infection VIH à Copenhague. Pression artérielle, Doppler et symptômes cliniques ont été évalués chez 908 PVVIH agés de >40 ans et ont été comparés à 11 106 patients VIH-.

Les personnes VIH sont plus à risque de tabagisme et moins à risque d'obésité, on ne retrouve pas de différence pour  la pression artérielle, mais la prévalence de la maladie artérielle périphérique est supérieure chez les personnes VIH+.

L'âge influe plus la présence d'une maladie vasculaire périphérique chez les VIH+ que chez les contrôles VIH-, mais pas le tabac et l'HTA.

En conclusion, dans cette cohorte la prévalence et les symptômes de la maladie artérielle périphérique sont plus élevés chez les personnes VIH+, avec un facteur particulier lié à l'âge.

77 HIV INFECTION IS ASSOCIATED WITH PROGRESSION OF HIGH RISK CORONARY PLAQUE IN THE MACS
Wendy Post, Sabina Haberlen, Long Zhang, Mallory Witt, Lisa Jacobson, Todd T. Brown, Frank J. Palella, Lawrence Kingsley, Matthew Budoff

Dans une étude antérieure de la cohorte MACS (Post, Ann Int Med 2014), une prévalence élevée de plaque carotidienne, notamment non calcifiée, avait été mise en évidence. La cohorte MACS comporte actuellement un peu plus de 2 200 HSH ; 765 (environ 50% HIV+) ont bénéficié d'une angiographie-TDM, avec une surveillance à plusieurs années pour juger de l'évolution. Les facteurs de risques d'évolution de la plaque ont été étudiés : chez 2% des patients, la plaque régresse spontanément, 20% ont une stabilité et 78% ont une augmentation de la plaque entre deux contrôles. Les hommes VIH+ ont une évolution plus rapide de la plaque une fois ajustée sur les facteurs de risques cardiovasculaires. Le risque de progression de plaques calcifiées et deux fois supérieur chez les hommes VIH+. Les Afro-américains ont un risque moindre par rapport à toutes les autres ethnies.  Le non contrôle de la charge virale (qu'on retrouve chez un peu moins de 20% de patients) n'est pas retrouvé ici comme un facteur de risque1.

78 CAROTID ARTERY ATHEROSCLEROSIS IS ASSOCIATED WITH MORTALITY IN HIV+ WOMEN AND MEN
David B. Hanna, Jee-Young Moon, Kathryn Anastos, Sabina Haberlen, Audrey French, Frank J. Palella, Stephen J. Gange, Mallory Witt, Seble Kassaye, Jason Lazar, Phyllis Tien, Lawrence Kingsley, Wendy Post, Robert C. Kaplan, Howard Hodis

Le but de cette étude est d'évaluer la présence d'une plaque carotidienne, le rapport intima/media (I/M) et l'élasticité, mesuré sur la carotide interne chez les patients VIH+ dans les cohortes MACS (HSH) et WHIS (femmes). 3 026 patients (dont environ 800 VIH-) ont pu être inclus  Le critère principal d'évaluation était la mortalité.

On dispose d'un suivi de 26 802 personnes années : la présence d'une plaque est prédictif de la mortalité, particulièrement chez les femmes, mais peu l'élasticité et pas le rapport I/M. Quand on compare VIH+ et VIH-, la présence de la plaque est plus prédictive de mortalité chez les VIH-. Le rapport I/M n'est prédictif dans aucune des deux populations, et l'élasticité n'est prédictive que chez les VIH-.

79 IMPACT OF LOW DOSE METHOTREXATE ON IMMUNE ACTIVATION AND ENDOTHELIAL FUNCTION IN TREATED HIV
Priscilla Hsue, Heather Ribaudo, Steven G. Deeks, Michael M. Lederman, Carl Fichtenbaum, Annie F. Luetkemeyer, Eric Daar, Benigno Rodriguez, Babafemi Taiwo, David Haas, Victoria Johnson, James H. Stein, Judith S. Currier

Le Méthotrexate (MTX) a montré une réduction des évènements cardiovasculaires chez les patients traités pour Polyarthrite Rhumatoïde. Une large étude est en cours pour évaluer l'effet de faible dose dans les maladies cardiovasculaires dans la population générale, mais les patients VIH+ sont exclus. L'objectif de cet essai A5314 est d'étudier en double insu l'effet du MTX à faible dose (MTX-LD) chez 176 patients VIH+ âgés de plus de 40 ans (médiane 54 ans) et ayant plus de 400 CD4, à 5mg/kg avec augmentation progressive à 15 mg/kg /semaine en cas de bonne tolérance, pendant 24 semaines. La sécurité a été particulièrement surveillée : il y a moins de 15% d'augmentation d'événements dans le groupe MTX-LD. 60% des patients inclus étaient sous statine et 18% ont déjà eu un évènement cardio-vasculaire.

On retrouve une petite diminution des CD4 à S24 seulement (pas S12 et S48), pas de changement sur le rapport CD4/CD8. On ne retrouve pas de différence sur les paramètres inflammatoires. Il y a une réduction significative de l'activation CD8. Chez un petit nombre d'individus évalués avec des techniques d'imagerie, il semble exister une diminution de l'inflammation dans le groupe MTX-LD par rapport au PCB.

80 PLATELET FUNCTION UPON SWITCHING TO TAF VS CONTINUING ABC : A RANDOMIZED SUBSTUDY
Patrick W. Mallon, Alan Winston, Frank Post, Dermot Kenny, Colm Bergin, Robert T. Maughan, Elena Alvarez-Barco, Willard Tinago, Eimear Dunne, Mingjin Yan, Moupali Das, Martin Rhee, for the GS-US-311-1717 Platelet Sub Study Team

La question de l'effet cardiovasculaire de l' abacavir est soulevée depuis de nombreuses années, surtout à partir de données de la cohorte D:A:D sans que l'on ait vraiment bien compris pour l'instant ni les mécanismes ni l'ampleur du phénomène. L'agrégation plaquettaire semble plus importante chez les patients sous ABC, des données existent également sur l'interférence avec la glycoprotéine VI (GP-VI) qui a un rôle dans l'activation plaquettaire, mais les données sont contradictoires.

Il s'agit ici d'uns sous étude nichée dans un essai de changement de régime de traitement vers une combinaison comportant FTC/TAF; 556 patients sous ABC/3TC plus un autre agent ont été randomisés poursuite du traitement versus passage au TAF/FTC. Les marqueurs plaquettaires ont été particulièrement surveillés dans la sous-étude. Dans celle-ci, la moyenne d'âge est de 50 ans environ, avec 30% de femmes. Passer de l'ABC/3TC au TAF/FTC diminue la réactivité plaquettaire mesurée à S4 et S12, avec une augmentation de l'expression du récepteur de collagène GP-VI et une augmentation du GP-VI soluble, l'ensemble faisant évoquer une variation des interactions plaquette/collagène via la GP-VI à l'arrêt de l'abacavir.

81LB A TREATMENT AS PREVENTION TRIAL TO ELIMINATE HCV IN HIV+ MSM: THE SWISS HCVREE TRIAL
Dominique L. Braun, Benjamin H. Hampel, Huyen Nguyen, Markus Flepp, Marcel Stoeckle, Charles Béguelin, Patrick Schmid, Julie Delaloye, Mathieu Rougemont, Enos Bernasconi, Dunja Nicca, Roger Kouyos, Jürg Böni, Huldrych F. Günthard, Jan S. Fehr, for the Swiss HIV Cohort Study

Dans la cohorte Suisse (75% des HSH VIH+ suisses participent à la cohorte), on observe au cours des années 2010-2015 une forte augmentation de l'incidence du VHC alors qu'elle baisse  chez les usagers de drogues.

Dans l'essai HCVree présenté ici, trois phases se succèdent : Phase A, screening de tous les patients HSH de la cohorte en PCR VHC lors de la visite semestrielle, puis phase B, introduction du traitement anti-VHC chez tous les patients ayant une PCR positive, et dans phase C suivi prospectif des PCR VHC.

Ont été screenés (phase A) par PCR 3 722 HSH, dont 177 (4,8%) étaient PCR+, avec 94% de Génotype 1; 17% des infections étaient considérées comme incidentes, contre 83% d'infections chroniques; 91% des patients ont pu être traités (phase B), et 99,5% ont été guéris à S12 post traitement.

Entre mars et nov 2017, 87% des 3722 HSH ont été testés à nouveau (phase C), avec 28 positifs (0,8%), dont 43% étaient déjà connus et non traités dans la phase initiale et 57% des infections incidentes.
Entre les phases A et C, li y a une diminution de 49% de l'incidence et une diminution des infections chroniques de 94%, ce qui montre que l'on est pas loin d'une possibilité d'éradication de la maladie VHC pour les HSH VIH+ de la cohorte Suisse.

  • 1. NDR :  dans le résumé soumis au congrès et disponible en ligne, le nombre de patients étudié était deux fois moindre et la conclusion était que le non-contrôle de la charge virale augmentait le risque de progression de la plaque… À qui se fier?