Cet accroissement de la charge virale augmente les risques de transmission du VIH , en particulier chez des personnes qui pourraient se penser non contaminantes de par leur charge virale indétectable, grâce au traitement comme prévention.

L'étude FHDH - ANRS C04, menée par Witold Jarzebowski et al., dont les résultats sont publiés dans le journal Archives of Internal Medecine, a suivi une cohorte d'hommes séropositifs suivis à l'hôpital et vivant en région parisienne entre 1998 et 2006. Parmi ces hommes, 282 chez qui on avait récemment diagnostiqué une syphilis primaire ou secondaire et 1233 non coinfectés.

Durant les 6 mois de l'étude, la charge virale a augmenté au dessus de 500 copies/mL chez 77 hommes et chez 205 hommes non touchés par la syphilis. Cette dernière accroît les risques d'augmentation de la charge virale de presque 90%. Chez les hommes sous traitement ARV, avec une charge virale controlée (sous les 500 copies/mL), un épisode de syphilis accroit de 50% les risques d'augmentation de la charge virale.

> Lire l'abstract (en anglais) : Effect of early syphilis infection on plasma viral load and CD4 cell count in human immunodeficiency virus-infected men: results from the FHDH-ANRS CO4 Cohort. Archives of Internal Medicine. 2012; 172: 1237-1243.
> Lire sur le site de l'IAS (en anglais) : Viral Load Climbs and CD4s Fall With Syphilis in HIV+ Paris Men.