Des ciseaux moléculaires contre le VIH, science ou fiction?

Rendre par thérapie génique, le système immunitaire résistant au VIH. On en parle depuis longtemps, mais c’est la première fois que des résultats mobilisent autant d’attention à la CROI. Sûreté, efficacité, coût, applicabilité à large échelle, cette technique personnalisée, dite des ciseaux moléculaires, suscite de nombreux débats.

Greffe de moelle osseuse : une nouvelle approche thérapeutique pour le VIH?

Une équipe de médecins de l’hôpital de La Charité, menée par les docteurs Gero Hutter et Thomas Schneider, avait déclaré en novembre 2008 dans un communiqué qu’un patient infecté par le VIH aurait été apparemment guéri, grâce à une greffe de moelle osseuse provenant d’un donneur porteur d’une mutation sur le co-récepteur CCR5.  Si symboliquement, cette nouvelle est importante, qu’en est-il vraiment de l’intérêt médicale pour les personnes vivant avec le VIH?

Anti-CCR5, anti-CCR2 : un espoir pour les séropositifs

Quelle place pourraient avoir les anti-CCR-5 anti-CCR-2 dans la prise en charge thérapeutique des malades ? Si le TBR-652 n’a pas été retenu dans les Highlights de la Conférence de Vienne par Clinical Care Options, le partenaire officiel de l’International AIDS Society (IAS) en charge de les proposer, c’est peut-être parce que cette molécule est encore à un stade précoce de développement (phase IIa)

Greffe de moelle et VIH : Quel intérêt thérapeutique ?

Le New England Journal of Medecine vient de publier l’article concernant la guérison d’une personne séropositive pour le VIH suite à une greffe de moelle osseuse. Cette nouvelle a donné lieu à beaucoup d’espoirs dans le monde du VIH, laissant espérer l’avènement de solutions thérapeutiques permettant de guérir demain les personnes atteintes du VIH. Cet élan doit cependant être modéré par les vraies conclusions que l’on peut tirer de cette histoire clinique, en rappelant le contexte et les risques liés à une greffe de moelle osseuse.