Améliorer la cascade de soins VIH en Afrique

Le défi majeur auquel doivent faire face les programmes ARV est dorénavant d’assurer l’efficacité et la qualité à chacune des étapes successives du dépistage au contrôle durable de la charge viraleCharge virale La charge virale plasmatique est le nombre de particules virales contenues dans un échantillon de sang ou autre contenant (salive, LCR, sperme..). Pour le VIH, la charge virale est utilisée comme marqueur afin de suivre la progression de la maladie et mesurer l’efficacité des traitements. Le niveau de charge virale, mais plus encore le taux de CD4, participent à la décision de traitement par les antirétroviraux.
Voir la définition
, ce qu’on appelle la «cascade de soins» (linkage of care, en anglais) En effet, l’Onusida vise l’objectif du «90-90-90» pour 2020, soit que 90% des personnes infectées par le VIHVIH Virus de l’immunodéficience humaine. En anglais : HIV (Human Immunodeficiency Virus). Isolé en 1983 à l’institut pasteur de paris; découverte récemment (2008) récompensée par le prix Nobel de médecine décerné à Luc montagnier et à Françoise Barré-Sinoussi.
Voir la définition
connaissant leur statut, 90% des personnes diagnostiquées soient sous ARV, et que 90% des personnes sous ARV connaissent le succès thérapeutique. Or, à l’heure actuelle, les efforts à fournir ã ces trois étapes clés sont encore importants (Figure 1).

 Figure 1: Cascade simplifiée de soins VIH pour l'Afrique subsaharienne en 2012.

(ARV: Antirétroviraux; CV: Charge Virale.) D’après Global Report: UNAIDS report on the global AIDS epidemic 2013. Geneva: UNAIDS; 2013.

Remerciements

Un grand merci à France Lert et Rosemary Dray-Spira pour leur relecture attentive et leurs commentaires pertinents.