Vincent Leclercq

AIDES
Militant au sein de AIDES, association française de lutte contre le VIH/Sida et les hépatites virales // Traduction d'articles pour Aidsmap.com, site web d'information et de vulgarisation sur le VIH/Sida. // Ancien volontaire au sein du Terrence Higgins Trust, association britannique de lutte contre le VIH/Sida

Ses publications (7)

Les patients nouvellement diagnostiqués pour le VIH et/ou une IST ont souvent une personne non diagnostiquée pour le VIH dans leur réseau social

Demander aux patients nouvellement diagnostiqués pour le VIH ou une Infection Sexuellement Transmissible (IST) de recruter des contacts dans leur réseau social pour effectuer un dépistage du VIH et des IST est un moyen efficace de détecter des infections non-diagnostiquées jusqu’alors, d’après une étude publiée sur l’édition en ligne du JAIDS (Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes).

Le Télaprévir, un traitement sûr et efficace chez les personnes co-infectées par le VIH et l’hépatite C (Liz Highleyman)

Liz Highleyman – Les personnes co-infectées par le virus de l’hépatite C et du VIH traitées par trithérapie comprenant du Télaprevir (Incivo) ont significativement plus de chances d’obtenir une réponse virale durable, ou une guérison, que les personne traitées par Peginterféron et Ribavirine seulement, d’après les derniers résultats de l’étude « Study 110 » présentés hier au « Liver Meeting » (63e Meeting annuel de l’association américaine pour l’étude des maladies du foie) de Boston.

Danemark : les diagnostics tardifs ne sont pas un facteur majeur dans la diffusion continue du VIH (Michael Carter, Aidsmap)

Michael Carter, Aidsmap – Les individus dont l’infection à VIH est diagnostiquée tardivement ne contribuent que marginalement à l’épidémie de VIH, rapportent des investigateurs danois dans l’édition en ligne du Journal du SIDA. Sur la base d’analyse phylogénétique, les chercheurs ont été capables de traquer la transmission en clusters. Seules 2f0% des personnes diagnostiquées tardivement ont été identifiées dans ces clusters.

Grindr, une application smartphone de rencontre pourrait aider la recherche en prévention du VIH chez les gays (Michael Carter, Aidsmap)

Michael Carter, Aidsmap – Des investigateurs de Los Angeles ont publié un article dans la revue « AIDS and Behavior » affirmant que Grindr, une application pour smartphone, permettrait de recruter de manière efficace des participants gays aux études relatives à la prévention du VIH les concernant. Grindr permettrait en effet d’atteindre un public d’homosexuels masculins plus jeunes, plus instruits et ayant un nombre plus élevé de partenaires sexuels.