Gabriel Girard

Gabriel Girard

Sociologue, membre du comité scientifique de l’essai Ipergay, militant de AIDES.

Ses publications (8)

Prep et prévention « combinée » du VIH/sida : des débats nécessaires

La prévention du sida chez les gays : un champ de bataille ? À première vue, sans doute moins aujourd’hui que quelques années auparavant. Depuis la fin des années 1990, de violents conflits ont régulièrement opposé les acteurs de la lutte contre le sida, cristallisant – et souvent paralysant – les débats. D’abord concentrées sur la question du bareback, les controverses ont ensuite porté sur la notion de réduction des risques sexuels (RdR).

Pour une prévention attentive aux situations de vulnérabilité. Relire François Delor.

Les débats contemporains sur la prévention du VIH parmi les gais laissent parfois une étrange impression. À l’heure de la biomédicalisation accrue de la gestion des risques, il apparait en effet parfois difficile pour beaucoup d’acteurs de prévention d’atteindre le niveau d’expertise suffisant pour en saisir toutes les subtilités et se forger une conviction. Dans ce contexte, quel peut être le rôle des sciences sociales pour comprendre les évolutions à l’oeuvre?

Mémoires du sida : Récit des personnes atteintes, 1981-2012

La publication de Mémoires du sida intervient alors que nous entrons dans la quatrième décennie de l’épidémie de VIH/sida. Découpé en quatre grands chapitres chronologiques (« La vie avant 1980 », « Les années noires (1981-1986) », « La bataille (1987-1995), « L’évènement de Washington et le traitement dans la vie »), l’ouvrage se propose de redonner la parole aux premiers concernés – les personnes séropositives – et de mettre en perspective historique leurs expériences singulières.

Trans et VIH/IST : la fin de l’invisibilité ?

Depuis le début de l’épidémie de sida, les communautés trans sont les grandes oubliées des statistiques officielles sur le VIH et les IST à l’échelle internationale (Namaste, 2010). Pourtant les quelques enquêtes disponibles soulignent la très forte prévalence du VIH dans certains sous-groupes de cette population. En France, de nombreuses associations trans, soutenues par des acteurs de la lutte contre le sida, réclament de longue date une meilleure prise en compte de cette situation dans les études épidémiologiques et socio-comportementales. De ce fait, la revue critique réalisée par Alain Giami et Jonas Le Bail et publiée dans la Revue d’épidémiologie et de santé publique (en anglais) doit être saluée, car elle constitue une ressource de tout premier ordre sur les questions « trans et VIH ».