Prep : plus de 3000 volontaires pour l’essai Prévenir

Lancée en mai 2017, l’étude ANRS Prévenir souhaite améliorer l’offre de prophylaxie pré-exposition(Prep) en Île-de-France et évaluer l’impact de cette stratégie de prévention sur l’épidémie du VIH/sida.

En mai 2019, deux ans après son lancement donc, l’étude ANRS Prévenir a atteint son objectif d’inclure plus de 3000 volontaires (3057 exactement), tous séronégatifs, fortement exposés face au VIH.

De premiers résultats encourageants, portant sur 1435 volontaires avaient déjà été présentés lors de la 22e conférence internationale sur le VIH/Sida (AIDS 2018). A l’époque, aucune infection n’était à déplorer dans la cohorte. Parmi ces premiers participants, 44% prenaient la PrEP quotidiennement et 53% à la demande. Ces résultats précoces confirmaient ainsi l’efficacité sur le terrain et la bonne tolérance de la PrEP, en particulier à la demande.

De nouveaux résultats devraient être communiqués à la fin du mois de juillet lors de la Xe conférence internationale IAS sur la science du HIV, à Mexico city. L’étude ANRS Prévenir doit permettre de valider définitivement le schéma de Prep à la demande initialement testé dans l’essai ANRS Ipergay, et qui est maintenant inclus dans la plupart des recommandations internationales pour les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. 

Promue par l’Agence nationale de recherche sur le Sida et les hépatites (ANRS), Prévenir est menée par le professeur Jean-Michel Molina (Hôpital Saint-Louis, AP-HP), Dominique Costagliola (Institut Pierre Louis d’Epidémiologie et de Santé Publique), docteur Jade Ghosn (Hôpital Bichat, AP-HP) et Daniela Rojas Castro (Association AIDES – Coalition PLUS).

A lire également

AIDS 2018 — 1500 personnes dans la cohorte ANRS Prévenir, 0 infection

venenatis, venenatis luctus pulvinar amet, libero fringilla quis non facilisis