CROI 2017 — Incidence de l’hépatite C chez les HSH à San Diego, 2000-2015

Les différentes épidémies d’infection par le virus de l’hépatite C (VHC) chez les hommes infectés par le VIH, HSH et associées à la consommation de drogues récréatives sont source de préoccupation.

Cette étude a évalué l’incidence du VHC (infection primaire et réinfection) chez les HSHHSH Homme ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes. 
Voir la définition
VIHVIH Virus de l’immunodéficience humaine. En anglais : HIV (Human Immunodeficiency Virus). Isolé en 1983 à l’institut pasteur de paris; découverte récemment (2008) récompensée par le prix Nobel de médecine décerné à Luc montagnier et à Françoise Barré-Sinoussi.
Voir la définition
à San Diego en relation avec l’usage de drogues injectables et de méthamphétamine grâce à une analyse de cohorte rétrospective dans la plus grande clinique VIH à San Diego (UCSD Owen Clinic) de 2000 à 2015. L’incidence du VHC a été évaluée chez les HSH avec une sérologieSérologie Étude des sérums pour déterminer la présence d’anticorps dirigés contre des antigènes.
Voir la définition
VHC négative à l’inclusion entre 2000 et 2015 et l’infection VHC est définie comme un nouveau test positif : sérologie ou charge viraleCharge virale La charge virale plasmatique est le nombre de particules virales contenues dans un échantillon de sang ou autre contenant (salive, LCR, sperme..). Pour le VIH, la charge virale est utilisée comme marqueur afin de suivre la progression de la maladie et mesurer l’efficacité des traitements. Le niveau de charge virale, mais plus encore le taux de CD4, participent à la décision de traitement par les antirétroviraux.
Voir la définition
VHC après le début du suivi. Les groupes à risque étaient définis comme ceux ayant déclarés avoir déjà consommé de la drogue par voie injectable (IDU) ou de la méthamphétamine. 

Un total de 2 396 HSH VIH, initialement non infectés par le VHC et ayant eu au moins un autre test pendant une médiane de 5,5 ans de suivi (IQR 2,8-9,2), ont été inclus dans l’analyse d’incidence. Très peu de patients sont UDI. Les individus ont été testés en médiane 3 fois (IQR 2-4) avec un intervalle de test médian de 1,2 ans (IQR 0,6-2,2). 149 séroconversions VHC se sont produites sur 12 560 personnes-années de suivi avec une augmentation au fil du temps en particulier avec les utilisateurs de méthamphétamine (lien avec le zoom). Les cas incidents ont été identifiés en moyenne 10,6 ans (IQR: 5,7-17,5) après le diagnostic du VIH et 3,6 ans (IQR 1,5-6,4) après le premier test VHC négatif. L’incidence de la réinfection VHC est de 2,89/100 personnes-années (IC95% 0,6-8,44). Ces résultats suggèrent que l’incidence du VHC augmente chez les HSH VIH à San Diego en particulier chez les utilisateurs de méthamphétamine. Ces taux sont similaires à ceux de Londres et d’autres grandes villes européennes mais le double de celui observé dans la Multicenter AIDS Cohort Study (MACS). Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour expliquer cette tendance et identifier les stratégies de prévention nécessaires pour lutter contre l’épidémie. 

Bibliographie

Abstract 134, A. Chaillon.

Le e-journal de Edimark, en direct de Seattle, pour la CROICROI «Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections», la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes annuelles où sont présentés les dernières et plus importantes décision scientifiques dans le champs de la recherche sur le VIH.
Voir la définition
2017, avec Gilles Pialoux, rédacteur en chef de Vih.org.