CROI 2016 — Les nouveautés thérapeutiques

Quoi de neuf dans le pipeline ? De nouvelles molécules riches de promesses!

Combinectine : L’association de 3 inhibiteurs d’entrée du VIH -1

L’association de deux Adnectines anti-CD4 et anti-gp41 à un peptide inhibiteur de fusion constitue la Combinectine (BMS-986197), médicament original par son mode d’action et ses propriétés pharmacologiques. En effet, cet inhibiteur d’entrée a une longue durée d’action et ses composants bloquent l’entré du VIH dans les cellules de façon synergique.  De plus, il montre une puissance élevée même quand la fixation sur ses récepteurs cibles est faible. Son efficacité anti-VIH est dose dépendante et sa barrière génétique paraît élevée. La dose la plus élevée utilisée chez l’animal montre une efficacité au moins égale à celle d’une HAART. Enfin, il est auto-administrable par injection sous cutanée. 
La combinaison de plusieurs inhibiteurs en une seule molécule favorise l’efficacité et réduit le risque de résistance de manière significative ? La longue demi-vie d’élimination oriente le choix posologique pour  les essais thérapeutique vers l’administration d’une dose efficace au rythme d’une fois par semaine, par voie sous-cutanée…Wait and see !

Une association de 3 inhibiteurs d'entrée du VIH-1

Cibles pharmacologiques de la combinectine

 

Etapes successives pour l'obtention de la combinectine

— Krystal M. Abstract 97.

MK 8591 : Un nouvel analogue nucléosidique actif par voie orale et parentérale avec une longue durée d’action

Une fois n’est pas coutume, le MK 8591 est un analogue de l’adénosine qui n’est pas obligatoirement terminateur de chaîne, inhibe la transcriptase inverse en  prévenant la translocation et possède une activité antirétrovirale puissante qui couvre les VIH1 et 2 ainsi que les souches MDR. Sa persistance intracellulaire et son activité antivirale sont élevées, tant in vitro qu’in vivo avec une demi-vie de l’ordre de 50 h (rhésus macaques). Son métabolite actif triphosphate (MK-8591-TP), reste également longtemps présent dans les PBMCs et les macrophages humain ce qui laisse supposer une utilisation prophylactique potentiellement intéressante. Là encore, c’est l’administration en 1 fois par semaine qui se profile, soutenu par les premières études chez l’homme. C’est ainsi qu’une dose orale unique assure la persistance de concentrations efficace pendant 7 jours et la forme injectable (données chez l’animal) laisse prévoir 6 mois d’efficacité. Voici donc des molécules innovantes par leur originalité pharmacologiques et les données prometteuses sur leur efficacité. Attendons maintenant le verdict des essais thérapeutiques à plus grande échelle pour savoir s’il s’agit de vrais progrès pour nos patients.

Un nouvel analogue nucléosidique actif par voie orale

MK 8591 : Longue demi-vie et persistance de l'effet

MK 8591 : Décroissance de la charge virale

— Grobler J Abstract 98.

— En collaboration avec le E-journal (Edimark/la lettre de l’infectiologue) avec à la rédaction : jean-Philippe Madiou, Valérie Pourcher-Martinez, Laurence Morand-Joubert et Rodolphe Garaffo.

Sed Praesent quis Donec Lorem commodo Praesent non ut