Atteinte oculaire — Cataracte: Un risque accru d’opération chez les PvVIH

Les personnes vivant avec le VIH (PvVIH) sont plus souvent, et de façon significative, opérées pour corriger une cataracte selon une étude danoise qui vient d’être publiée dans le Clinical Infectious Diseases. Un taux de lymphocytes T CD4+ bas avant et après initiation du traitement antirétroviral (ARV) est associé à un risque accru de cataracte, mais aucun ARV particulier.

La cataracte est une opacification partielle ou totale du cristallin due à l’altératon du métabolisme des fibres cristalliniennes. Elle est responsable d’une baisse de la vision. La forme la plus fréquente est la cataracte du sujet âgé. A partir de 65 ans, toute personne peut présenter un début de cataracte qui s’accentue avec l’âge. Les auteurs suggèrent que la cataracte pourrait être l’une des manifestations du vieillissement prématuré associé au VIH.

Les avancées thérapeutiques ont considérablement augmenté l’espérance de vie des PvVIH, la durée de vie de celles-ci restant néanmoins plus courte que celle de la population générale. Ceci est en partie dû au fait que les PvVIH ont un risque plus élevé d’être atteintes de pathologies dites « du sujet âgé »: maladies cardiovasculaires, atteintes rénale et hépatique, ostéoporose, certaines formes de cancers. Les raisons de ce vieillissement prématuré sont encore mal connues. Elles incluent l’immunodépression, l’activation inflammatoire liée au VIH, les co-infections, les effets secondaires des ARV ainsi que des facteurs comportementaux.

La cataracte est bien connue comme « maladie du troisième âge ». Les chercheurs ont donc tenté de savoir si elle survenait chez les PvVIH avec une fréquence plus grande que dans la population générale danoise.

Un risque augmenté
dans toutes les tranches d’âge supérieures à 35 ans

Ils ont identifié 5315 PvVIH à partir de la cohorte VIH danoise. Pour une étude cas-témoin, chaque personne séropositive pour le VIH a été appariée à dix personnes séronégatives, de même sexe et d’âge similaire, issues de la population danoise. Les données concernant les opérations pour cataracte ont été obtenues du Registre national hospitalier danois. Les auteurs ont réalisé et comparé les courbes d’incidence de la cataracte dans ces deux populations. Ils ont en outre réalisé plusieurs analyses pour essayer de déterminer les facteurs associés à la formation de la cataracte chez les PvVIH.

Trois PvVIH sur quatre étaient des hommes, avec un âge moyen de 37 ans. Un total de 44,561 personnes-années de suivi était attribué aux personnes VIH+ et de 555,902 personnes-années au groupe contrôle. 1,7% des PvVIH (90) et 1,4% (718) des personnes négatives avaient subi une opération pour cataracte. Les atteintes oculaires prédisposantes étaient présentes chez 5% (252) des personnes séropositives contre 1% (494) des personnes séronégatives. Les auteurs précisent que « bien que le risque d’atteintes ophtalmologiques prédisposant à la cataracte soit majoré chez les personnes infectées par le VIH, le risque de cataracte n’est pas associé uniquement à l’occurrence élevée de tels événements. » Au final, les chercheurs trouvent un risque plus élevé dans la population positive comparée à la population contrôle (IRR=1,87%; IC 95%, 1,50-2,33). Un taux de CD4 inférieur à 200/mm3 était associé à un risque plus élevé de cataracte, à la fois avant (IRR=3,11; IC 95%, 1,26-7,63) et après (IRR=4,74; IC 95%, 2,60-8,62) le début du traitement ARV. La comparaison avec les personnes contrôles séronégatives a montré que les PvVIH sous ARV dont les CD4 sont au-dessus de 200/mm3 ont aussi un risque de cataracte significativement accru (IRR=1,87; IC 95%, 1,46-2,39). Ce risque augmenté était présent dans toutes les tranches d’âge supérieures à 35 ans. Le traitement par abacavir, ténofovir, inhibiteurs de protéases ou analogues non nucléosidiques de la transcriptase inverse n’augmente pas le risque de façon importante.

Les auteurs concluent que « le risque [de cataracte] est principalement lié à l’immunodéficience et aux HAART, mais que le vieillissement précoce comme explication partielle possible ne peut être exclus. »

> Risk of cataract surgery in HIV-infected individuals: a Danish nationwide population-based cohort study / L. D. Rasmussen et al. – Clinical Infectious Diseases, Vol. 53, n° 11, 1er décembre 2011. – Pp. 1156-1163.

nec ante. libero. dolor tempus vel, vulputate, elit. Curabitur consectetur