Recherche vaccinale — Infection à Chlamydia: effet synergique d’une combinaison d’antigènes

Une équipe italienne identifie, par séquençage haut débit, des antigènes de Chlamydia trachomatis producteurs d’anticorps, et montre que, chez des souris, diverses combinaisons de ces antigènes stimulent des lymphocytes T CD4+ multifonctionnels, ce qui constitue une avancée importante dans la recherche d’un vaccin contre les infections à chlamydia.

Les chercheurs ont réussi à isoler 21 antigènes qui induisent, chez des souris ayant reçu 20µg de C. trachomatis, une production d’interféron gamma par les T CD4+ significativement supérieure à celle des animaux contrôle. Ils ont alors évalué l’activité protectrice de différentes combinaisons de ces antigènes chez un modèle murin d’infection pulmonaire à Chlamydia muridarum. Ce pathogène provoque chez la souris une infection plus affirmée que C. trachomatis et induit une réponse immune proche de celle de l’infection humaine.

Deux combinaisons antigéniques, Combo8 et Combo9, ont été testées. Combo8 obtient une réduction des Inclusing Forming Units (IFU) de 4,1log au 12ème jour, c’est-à-dire au pic de l’infection. Lors de ce pic, 58% des souris immunisées ne présentent plus de chlamydia au niveau pulmonaire, et 82% au 14ème jour, Cette réponse immunitaire montre l’effet synergique de la combinaison d’antigènes qui induisent, pris individuellement, une protection partielle.

Les chercheurs ont provoqué, après immunisation par Combo9 et avant introduction de la chlamydia, une déplétion en cellules T CD4+. Les IFU restent alors inchangées et les souris ne sont plus protégées, mettant en évidence le rôle des CD4. Allant plus loin, l’équipe montre que l’immunisation par Combo8 et Combo9 induit la stimulation de lymphocytes T CD4+ multifonctionnels. 20% des T CD4 produisent interféron gamma (IFN-gamma), Tumor Necrosis Factor (TNF) et interleukine 2 (IL2); 60%, IFN-gamma et TNF.

C. trachomatis est responsable de cécité dans les pays en développement et d’infections sexuellement transmissibles dans les pays industrialisés, cause majeure de stérilité féminine. A l’inverse des pathogènes extra-cellulaires, cette bactérie pénètre dans les cellules de l’hôte. Des études sur un vaccin potentiel ont montré que la sécrétion d’anticorps antichlamydia par l’immunité humorale était insuffisante et qu’elle devait s’accompagner, pour qu’un vaccin ait des chances de succès, d’une stimulation de l’immunité cellulaire au travers de lymphocytes T CD4+ producteurs IFN-gamma spécifique. 

> Approach to discover T- and B-cell antigen of intracellular pathogens applied to the design of Chlamydia trachomatis vaccines (pdf, 379Ko) / O. Finco et al. – Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 108, n° 24, 14 juin 2011. – Pp. 9969-9974.

Praesent Nullam consectetur dapibus elit. id, vulputate, mattis