CROI 2010 — Et maintenant que vais-je faire…

Le Pr Gilles Pialoux était à la CROI 2010, qui se tenait cette année à San Francisco, du 16 au 19 février et a coordonné le E-journal en direct de la CROI 2010 pour La Lettre de l’infectiologue. A la fin de la conférence restent en suspens beaucoup de questions.

> Consulter Le E-journal en direct de la CROI 2010.

A J4 de la CROICROI «Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections», la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes annuelles où sont présentés les dernières et plus importantes décision scientifiques dans le champs de la recherche sur le VIH.
Voir la définition
, on en est à comprendre la note que le concierge de l’hôtel vous a glissé sous la porte en pleine nuit avec une force propulsive rare, à compter ces heures d’insomnie comme des miles cumulés et de se dire qu’on a trop de choses à faire en rentrant. Toutes ces questions non résolues et tous ces projets de recherche qui ne feront parfois qu’attendre. Et puis il y a à mettre sa pensée clinique en ordre, notamment pour pouvoir répondre à la question traditionnelle des patients en consultation: quoi de neuf docteur?

Et si pour cette CROI 2010, on rentrait plutôt avec des questions:

– Pourquoi la recherche française  ne s’est-elle pas encore dotée d’une cohorte incidente MSM (ou de couples séro-différents) comme à San Francisco, Sydney ou Amsterdam? Cohorte qui permettrait des actions/recherches associant test/traitement/lutte contre les ISTIST Infections sexuellement transmissibles. 
Voir la définition
et counselling pour faire reculer des incidences aussi élevées qu’en Afrique du Sud, à l’instar des expériences de San Francisco (# 33 et 34) ou Vancouver (# 88LB);
– Pourquoi les données de diffusion des molécules dans les secrétions génitales telles que collectées avec le raltegravir (# 608 et 609) n’influencent-elles pas plus les attitudes antirétrovirales et les projets de prophylaxie post (PEP) ou pré (PrEPPrep Prophylaxie Pré-Exposition. La PrEP est une stratégie qui permet à une personne séronégative exposée au VIH d'éliminer le risque d'infection, en prenant, de manière continue ou «à la demande», un traitement anti-rétroviral à base de Truvada®. 
Voir la définition
) exposition?
– Pourquoi depuis les inhibiteurs de fusion et les anti-CCR5 peine t-on à trouver de nouvelles cibles anti-rétrovirales?
– Pourquoi la PEP c’est encore «n’importe quoi» en termes de d’accessibilité, de durée de traitement, de choix des molécules?
– Est-ce Odile Launay (voir interview) dont la communication sur les résultats de l’essai ANRS-HIFLUVAC (# 804 LB)  de vaccination anti-H1N1 chez les patients VIHVIH Virus de l’immunodéficience humaine. En anglais : HIV (Human Immunodeficiency Virus). Isolé en 1983 à l’institut pasteur de paris; découverte récemment (2008) récompensée par le prix Nobel de médecine décerné à Luc montagnier et à Françoise Barré-Sinoussi.
Voir la définition
+ était programmée en toute fin de congrès, qui a fait … retarder le vol AF 83 de 3 heures pour qu’on l’écoute?
– N’y a t-il assez d’informations scientifiques pour modifier les guidelines au moins sur la question du «traiter tôt» mais aussi sur celle du traitement de la primo-infectionPrimo-infection Premier contact d’un agent infectieux avec un organisme vivant. La primo-infection est un moment clé du diagnostic et de la prévention car les charges virales VIH observées durant cette période sont extrêmement élevées. C’est une période où la personne infectée par le VIH est très contaminante. Historiquement il a été démontré que ce qui a contribué, dans les années 80, à l’épidémie VIH dans certaines grandes villes américaines comme San Francisco, c’est non seulement les pratiques à risques mais aussi le fait que de nombreuses personnes se trouvaient au même moment au stade de primo-infection.
Voir la définition
  ou de l’infection récente ( cf l’ACTGACTG Aids Clinical Trials Group, l’organisation américaine des centres de soins et d’essais cliniques sur le sida. https://actgnetwork.org/
Voir la définition
5217 ; # 134)?
– Si l’inflammation qui n’a de cesse d’être au cœur des mécanismes physiopathologiques de vieillissement accéléré et des troubles métaboliques a la place qu’on dit, quels marqueurs utiliser pour la détecter en clinique ? Existe t-il  des pistes anti-inflammatoires additives aux ARV crédibles, à l’image de la piste anti-CCR2?
– Y a-t-il encore des prophylacto-septiques vis-à-vis de «treatment as prevention» (TaspTasp «Treatement as Prevention», le traitement comme prévention. La base du Tasp a été établie en 2000 avec la publication de l’étude Quinn dans le New England Journal of Medicine, portant sur une cohorte de couples hétérosexuels sérodifférents en Ouganda, qui conclut que «la charge virale est le prédicteur majeur du risque de transmission hétérosexuel du VIH1 et que la transmission est rare chez les personnes chez lesquelles le niveau de charge virale est inférieur à 1 500 copies/mL». Cette observation a été, avec d’autres, traduite en conseil préventif par la Commission suisse du sida, le fameux «Swiss statement». En France en 2010, 86 % des personnes prises en charge ont une CV indétectable, et 94 % une CV de moins de 500 copies. Ce ne sont pas tant les personnes séropositives dépistées et traitées qui transmettent le VIH mais eux et celles qui ignorent leur statut ( entre 30 000 et 50 000 en France).
Voir la définition
) après la communication de Deborah Donnell (#136) qui a mené grâce à la Fondation Melinda et Bill Gates une étude auprès de 3 381 couples séro-discordants en Afrique avec 92% de réduction de transmission hétérosexuelle sous ARV?
– Y a-t-il encore une place après cette CROI californienne pour des intensifications de traitement? On va-t-on plutôt vers des traitements d’induction multi-cibles notamment chez les « late presenters »?

En clair, cette CROI 2010  s’est terminée en forme de points d’interrogation. Rendez-vous donc à Boston en 2011…