Les auteurs constatent ainsi que l’efficacité du cannabis pour traiter des douleurs neuropathiques chroniques et les spasmes provoqués par la sclérose en plaques présente un niveau de preuve «moyen». Il passe à «faible» pour l’amélioration des nausées et des vomissements provoqués par la chimiothérapie, le gain de poids des personnes séropositives, l’insomnie ou le syndrome de Gilles de la Tourette. Quant à l’anxiété et à la dépression, aucune amélioration n’a été constatée. 

Les essais étudiés, hétérogènes dans leur respect des protocoles des essais cliniques, enrôlant peu de personnes, utilisant des produits différents et pris sous des formes variables (inhalation, ingestion, fumée, vaporisée, en spray ou en injection intramusculaire) peinent à démontrer l’efficacité des cannabinoïdes. Les chercheurs plaident pour de nouvelles études plus larges et plus robustes pour confirmer ses effets – notamment sur le gain de poids pour les patients séropositifs, la dépression, les problèmes de sommeil, la psychose, le glaucome ou le syndrome de Gilles de la Tourette – des essais qui devraient respecter l’énoncé Consolidated Standards of Reporting Trials (CONSORT).

En France, l’Union francophone pour les cannabinoïdes en médecine «UFCM iCare» a été créée pour promouvoir les informations relatives à l’usage du chanvre et de ses dérivés actifs en médecine. Elle organise depuis cinq ans des colloques, afin de permettre un échange de connaissances entre médecins et consommateurs et d’éclairer le débat à l’aide de comparaisons internationales. Ainsi, la France, qui ne délivre le Marinol® que sous la forme d’une autorisation temporaire d’utilisation ( ATU ) et n’a toujours pas commercialisé le Sativex®, est entourée de 20 pays européens qui proposent des préparations médicales à base de cannabis...

THC et cannabidiol

THC
Le THC ou delta-9 tétrahydrocannabinol est le principal agent pharmacologique du chanvre, le plus abondant dans la plante du cannabis, qui provoque la sensation d’euphorie. Sa structure chimique est connue depuis les années 1960. La concentration en THC du cannabis est variable et les nouvelles formes de culture ont permis d’augmenter ce taux, qui aurait triplé en France entre 2000 et 2014 selon l’Inpes (de 6,5 à 20,7 %). Plus le taux est élevé, plus les effets psychoactifs sont importants.

Cannabidiol
C’est un des cannabinoïdes (composés de la feuille et de la fleur de cannabis) le plus étudié après le THC. Avec moins d’effets psychoactifs, le cannabidiol (CBD) s’est révélé intéressant pour le traitement des nausées, de l’anorexie, du glaucome, des contractures musculaires, de la sclérose en plaques ou de l’épilepsie, notamment le syndrome de Dravet, une forme d’épilepsie grave de l’enfant.

Médicaments
THC et CBD sont utilisés dans le Sativex® et le Marinol®. Le Sativex® a reçu une autorisation de mise sur le marché ( AMM ) en France en 2014, mais n’est toujours pas commercialisé, la Haute Autorité de santé (HAS) ayant jugé son service médical rendu faible. Le Marinol® est autorisé sous la posologie de 2,5 mg, uniquement en pharmacie hospitalière et dans le cadre d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) pour les indications de nausées associées à la chimiothérapie, stimulation de l’appétit (pour les troubles alimentaires tels que l’anorexie), glaucome (en baissant la pression intraoculaire) et troubles du comportement, de l’humeur et de l’anorexie chez les malades atteints d’Alzheimer.

Bibliographie

JAMA. 2015; 313 (24): 2456-2473. doi: 10.1001/jama.2015.6358