Variole du singe : Premiers cas confirmés en France

Un premier cas d’infection par le virus «Monkeypox», responsable de la variole dite “du singe”, a été confirmé le 19 mai 2022 en Ile-de-France, par Santé publique France. Des cas autochtones de cette maladie rare, fort heureusement bénigne dans l’immense majorité des cas, ont été identifiés dans plusieurs pays occidentaux, et en particulier chez plusieurs hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH).

Ce premier cas concernait un homme de 29 ans qui a été pris en charge dès la suspicion de l’infection. Son état ne présentant pas de gravité, il est isolé à son domicile. Comme la plupart des cas désormais confirmés en Europe, il n’avait pas d’antécédent de voyage dans un pays d’Afrique du Centre ou de l’Ouest, zones d’endémie du virus, notamment le Nigéria où le virus circule depuis 2017. La variole simienne ou variole du singe, «monkeypox» en anglais, est une zoonose (orthopoxvirose / poxviridae), apparentée au virus de la variole.

Au 23 mai, selon Santé publique France, ce sont désormais 3 cas de Monkeypox qui ont été confirmés en France, tous sans liens directs avec des personnes de retour de zone endémique.

Depuis le 14 mai 2022, des cas confirmés d’infections par le virus ont été signalés ou confirmés dans plusieurs pays en Europe et en Amérique du Nord et la situation évolue rapidement. Au Royaume-Uni, 16 cas d’infection ont été détectés (en date du 17 mai), et à l’exception de la première personne infectée, qui revenait du Nigeria, toutes semblent avoir été contaminées au Royaume-Uni, selon l’agence de sécurité sanitaire locale. Par ailleurs, les quatre cas les plus récents concernent des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSHHSH Homme ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes. ).

L’Espagne et le Portugal ont annoncé lundi avoir recensé une trentaine de cas suspects ou confirmés de cette variole du singe, alors que la Suède et l’Italie ont déclaré chacun un cas. Les autorités sanitaires de Montréal (Canada) ont relevé plus d’une dizaine de cas potentiels, et les États-Unis ont confirmé un malade provenant du Canada.

Quels sont les symptômes de la variole du singe ?

Rappelons d’abord, que la maladie, généralement bénigne, guérit le plus souvent spontanément, au bout de 2 à 3 semaines. L’incubation de la maladie peut aller de 5 à 21 jours. La phase de fièvre, souvent forte et accompagnée de maux de tête, de courbatures et d’asthénie, dure environ de 1 à 3 jours. Après 2 jours environ, apparaît une éruption vésiculeuse en une seule poussée, faite de vésicules remplies de liquide qui évoluent, un peu comme dans la varicelle, vers le dessèchement, la formation de croûtes puis la cicatrisation. Les démangeaisons sont fréquentes. Les bulles se concentrent plutôt sur le visage, les paumes et plantes des pieds. Les muqueuses sont également concernées, dans la bouche et la région génitale. Comme l’ont souligné les autorités Canadiennes, les cas survenus chez des HSH montreraient une prédominance des lésions génitales. Les ganglions lymphatiques sont enflés et douloureux, sous la mâchoire et au niveau du cou comme dans nombre d’infections virales.

Il n’existe pas de traitement, ni de vaccin spécifique homologué pour le moment, même si les vaccins antivarioliques classiques peuvent procurer une certaine protection.

Comment se transmet le virus ?

La transmission se fait principalement par contact direct avec des animaux infectés dans les pays endémiques, singes ou autres. La transmission interhumaine est possible par contact direct avec les lésions cutanées ou les muqueuses d’une personne malade, ainsi que par les gouttelettes (salive, éternuements, postillons…). Les transmissions par voie sexuelle ou materno-foetale existent également. On peut également se contaminer au contact de l’environnement du malade (literie, vêtements, vaisselles, linge de bain…). Il est donc important que les malades respectent un isolement (que l‘on dit gouttelettes et contact) pendant toute la durée de la maladie (jusqu’à disparition des dernières croûtes, le plus souvent 3 semaines). Aucun lien n’est pour l’instant suspecté avec le Covid-19Covid Une maladie à coronavirus, parfois désignée covid (d'après l'acronyme anglais de coronavirus disease) est une maladie causée par un coronavirus (CoV). L'expression peut faire référence aux maladies suivantes : le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) causé par le virus SARS-CoV, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) causé par le virus MERS-CoV, la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) causée par le virus SARS-CoV-2..
Précisons que le R0 le taux de transmission de ce virus peu connu devrait être faible compte tenu des modes de transmission et des épidémies connues à ce jour.

Une enquête épidémiologique en cours

En France, les infections par les orthopoxvirus dont le Monkeypox font l’objet d’une surveillance pérenne par le dispositif de la Déclaration obligatoire. Compte tenu des alertes en cours, la surveillance de ces infections est renforcée par Santé publique France et des recommandations ont été adressées aux professionnels de santé par le ministère.

Selon Santé publique France, une enquête épidémiologique approfondie est mise en œuvre par ses équipes, avec l’aide de l’ARS Ile-de-France et du médecin ayant pris en charge le premier cas sur le territoire. Une fois recensées, les personnes ayant été en contact étroit avec ce patient recevront de la part des autorités sanitaires les informations sur la conduite à tenir.

Les hommes homosexuels et bisexuels exposés ?

La prévalencePrévalence Nombre de personnes atteintes par une infection ou autre maladie donnée dans une population déterminée. des cas de transmission chez les HSH interroge sur l’importance de la transmission sexuelle de la maladie dans cette population, mais les spécialistes restent prudents pour l’instant: les HSH ne représentent pas tous les cas d’infections, et il peut s’agir d’un effet loupe lié à une dépistage et à un suivi plus important d’une partie de cette population, notamment en terme de santé génitale.

Alerte sur la variole du singe diffusé sur Grindr.
Alerte sur la variole du singe diffusé sur Grindr
(fin mai 2022)

L’application de rencontre gay Grindr a communiqué à ses utilisateurs européens une alerte reprenant les principales informations au sujet de la variole du singe, tout en se voulant rassurante (Image ci-contre). Le site de prévention à direction des HSH Sexosafe.fr, géré par Santé publique France, a également mis à ligne des informations sur les risques de contaminations.

L’Onusida alerte de son côté sur tout tentative d’adoption d’une «rhétorique stigmatisante» envers les HSH, qui mettrait «en péril la santé publique»: «La stigmatisation et les accusations compromettent la confiance et la capacité à riposter efficacement pendant des épidémies comme celle-ci», a déclaré le directeur exécutif par intérim de l’organisation, Matthew Kavanagh. «L’expérience montre qu’une rhétorique stigmatisante peut rapidement paralyser une riposte fondée sur des données probantes en stimulant des dynamiques de peur, en éloignant les personnes des services de santé, en entravant les efforts pour identifier les cas et en encourageant des mesures punitives inefficaces.»

Enfin, pour la petite histoire, rappelons que la variole du singe tient son nom de la première espèce chez qui elle a été observée, mais que les réservoirs du virus sont plus probablement les rongeurs. Le premier cas de transmission à l’homme a été observé en 1970. Les maladies prennent souvent le nom des premiers lieux ou des premiers modes de contamination comme la maladie des légionnaires ou la grippe espagnole.

Que faire en cas de symptômes?
En cas d’apparition de fièvre et d’éruption cutanée avec des vésicules, il est officiellement recommandé de contacter le Samu Centre 15 qui pourra vous orienter vers une consultation médicale. (On peut s’interroger sur cette curieuse reproduction du modèle mis en place lors du CovidCovid Une maladie à coronavirus, parfois désignée covid (d'après l'acronyme anglais de coronavirus disease) est une maladie causée par un coronavirus (CoV). L'expression peut faire référence aux maladies suivantes : le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) causé par le virus SARS-CoV, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) causé par le virus MERS-CoV, la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) causée par le virus SARS-CoV-2., qui avait amené le 15 à la saturation en Ile de France lors de la première vague Covid, même si les deux situations sont différentes.) Il est aussi recommandé de vous isoler, pour éviter d’être en contact avec d’autres personnes, en attendant un avis médical.

Pour en savoir plus

(Mise-a-jour le 23 mai 2022).