Études GEMINI-1 & 2 : résultats à 3 ans – analyses de sous-groupes

Les essais GEMINI-1 et 2 ont démontré la non-infériorité à S48 de la bithérapie dolutégravir/lamivudine (DTG/3TC) en initiation chez le patient naïf, y compris chez des patients ayant des charges virales plasmatiques (CV) > 100 000 copies/mL. Cette non-infériorité a été maintenue jusqu’à S96. Les résultats à 3 ans (S144) avaient été présentés à Glasgow fin 2020.

D’après Orkin C et al., abstr. 414, actualisé.

Pour mémoire, ces essais avaient inclus 1 441 patients (environ 720 par bras) : 85 % étaient des hommes, avec un âge médian de 32 ans, 20 % des participants avaient une CV préthérapeutique > 100 000 copies/mL et 9 % des CD4 < 200/mm3 à l’inclusion. Les résultats à S144 avaient confirmé l’hypothèse de départ de non-infériorité du DTG/3TC versus DTG + TDF/FTC avec une bonne efficacité virologique et un très faible taux d’échec virologique (3 % dans les 2 groupes DTG/3TC ou DTG + TDF/FTC). L’analyse complémentaire présentée à la CROICROI «Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections», la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes annuelles où sont présentés les dernières et plus importantes décision scientifiques dans le champs de la recherche sur le VIH.
Voir la définition
porte sur différents sous-groupes en fonction des caractéristiques initiales qu’elles soient démographiques (figure 1) ou en rapport avec les caractéristiques de la maladie (figure 2). Les résultats montrent une efficacité virologique élevée à 3 ans dans ces différents sous-groupes. 

L’analyse du profil de tolérance et de gain de poids (tableau) dans les différents sous-groupes sont en rapport avec ce qui avait été observé à S144 sur l’ensemble de la population de l’étude.

Cet article a été publié initialement dans le e-journal de « La Lettre de l’infectiologue » couvrant la conférence, nous le reproduisons ici avec leur aimable autorisation.