Études GEMINI-1 & 2 : résultats à 3 ans – analyses de sous-groupes

Les essais GEMINI-1 et 2 ont démontré la non-infériorité à S48 de la bithérapie dolutégravir/lamivudine (DTG/3TC) en initiation chez le patient naïf, y compris chez des patients ayant des charges virales plasmatiques (CV) > 100 000 copies/mL. Cette non-infériorité a été maintenue jusqu’à S96. Les résultats à 3 ans (S144) avaient été présentés à Glasgow fin 2020.

D’après Orkin C et al., abstr. 414, actualisé.

Pour mémoire, ces essais avaient inclus 1 441 patients (environ 720 par bras) : 85 % étaient des hommes, avec un âge médian de 32 ans, 20 % des participants avaient une CV préthérapeutique > 100 000 copies/mL et 9 % des CD4 < 200/mm3 à l’inclusion. Les résultats à S144 avaient confirmé l’hypothèse de départ de non-infériorité du DTG/3TC versus DTG + TDF/FTC avec une bonne efficacité virologique et un très faible taux d’échec virologique (3 % dans les 2 groupes DTG/3TC ou DTG + TDF/FTC). L’analyse complémentaire présentée à la CROI porte sur différents sous-groupes en fonction des caractéristiques initiales qu’elles soient démographiques (figure 1) ou en rapport avec les caractéristiques de la maladie (figure 2). Les résultats montrent une efficacité virologique élevée à 3 ans dans ces différents sous-groupes. 

L’analyse du profil de tolérance et de gain de poids (tableau) dans les différents sous-groupes sont en rapport avec ce qui avait été observé à S144 sur l’ensemble de la population de l’étude.

Cet article a été publié initialement dans le e-journal de « La Lettre de l’infectiologue » couvrant la conférence, nous le reproduisons ici avec leur aimable autorisation.

mattis quis, id suscipit felis sit