Covid-19: Les personnes vivant avec le VIH ne sont pas plus exposées

Pendant l’épidémie de coronavirus, la Société française de lutte contre le sida (SFLS) publie une lettre d’information concernant les personnes vivant avec le VIH et le Covid-19. En l’état actuel des connaissances, rien n’indique que les séropositifs soient plus exposés que la population générale.

Les données connues sont rassurantes : À ce jour, aucune donnée scientifique ne permet d’affirmer que les personnes vivant avec le VIH sont plus exposées au risque d’acquisition du Covid-19 ni qu’elles développeront une forme plus grave de l’infection.

Toutefois, les principaux facteurs de risque de formes graves ou de mortalité du Covid-19 connus à ce jour sont l’âge avancé et la présence de maladies associées, particulièrement les maladies cardiovasculaires, le diabète ou l’insuffisance respiratoire chronique. Ces pathologies associées peuvent parfois être présentes chez les personnes vivant avec le VIH.

Bien que ce ne soit pas démontré pour le Covid-19, en se basant sur ce qui se passe avec d’autres virus, on peut craindre que le risque d’une forme grave soit probablement plus élevé lorsque le taux de CD4 est bas (<200/mm3), en cas d’échec virologique sous traitement ou des maladies concomitantes.

Les recommandations de la SFLS

De plus, la SFLS rappelle les recommandations habituelles de prévention des complications pulmonaires pour les personnes séropositives:

  • la vaccination annuelle contre la grippe saisonnière;
  • la vaccination contre l’infection à pneumocoque;
  • ainsi que l’arrêt du tabac.

La société savante rappelle que la transmission est principalement intra-familiale et recommande que les personnes vivant avec le VIH et leur entourage proche suivent strictement les conseils régulièrement mis à jour par Santé Publique France et d’appliquer avec rigueur pour les personnes les plus fragiles ces conseils de base. La SFLS insiste sur le fait que toutes les personnes séropositives et leur entourage doivent prendre les précautions recommandées, puisqu’il s’agit d’un nouveau virus pour lequel beaucoup d’inconnues persistent:

  • Porter un masque chirurgical uniquement si vous présentez des symptômes;
  • Prendre régulièrement vos traitements contre le VIH et les traitements des maladies associées;
  • Étudier avec votre équipe soignante la mise en place de moyens de consultations à distance durant la période de restriction;
  • Maintenir un lien social, celui-ci devant se faire à distance durant cette phase épidémique.

Pas besoin d’une nouvelle ordonnance pour vos traitements antirétroviraux

L’arrêté du 14 mars 2020 permet à votre pharmacien de délivrer vos médicament, même avec une ordonnance expirée. Votre ordonnance de médicaments pour un traitement chronique sera renouvelée même si sa date de validité est expirée, et ce jusqu’au 31 mai pour l’instant.

Si la dispensation a lieu alors que l’ordonnance est expirée, le pharmacien est tenu d’informer le prescripteur de cette dispensation pendant ou après la dispensation. Cette dispensation peut avoir lieu même si le prescripteur n’est pas joignable sur le moment. Le dossier pharmaceutique (DP) peut également être renseigné sur ce renouvellement exceptionnel.

Cette mesure s’applique aux pharmacies d’officines et aux pharmacies hospitalières. Le remboursement par l’assurance maladie s’adapte à cette mesure. Rien n’est à débourser en plus par le patient.

Pas de ruptures d’approvisionnement à craindre

Contrairement à certains pays comme la Chine, il n’y a pas en France, pour le moment en tout cas, de risques de rupture d’approvisionnement des antirétroviraux en pharmacie.

Si des mesures d’isolement ou de restriction de déplacement devaient être mises en œuvre dans les prochains jours, il est néanmoins important de s’assurer que vous disposez d’un approvisionnement suffisant en médicaments afin d’éviter les ruptures de vos traitements, contre le VIH et contre les comorbidités associées éventuelles.

En cas de symptômes

Si des symptômes tels que fièvre, toux et difficultés respiratoires apparaissent, contactez par téléphone votre médecin traitant et informez votre médecin référent VIH. Ne vous rendez pas à l’hôpital en première intention. En cas de problème respiratoire sévère, contactez le 15 en urgence.

Si vous êtes immunodéprimé·e

L’assurance maladie a élargi les critères permettant de déclarer en ligne un arrêt maladie lié à l’impossibilité de se rendre au travail, de télétravailler ou de faire garder son enfant, à toutes les personnes à risques, dont les personnes vivant avec le VIH mais immunodéprimées.

Afin d’alléger la charge pour les cabinets de médecins de ville, le téléservice de déclaration en ligne d’Ameli —https///declare.ameli.fr— est donc étendu aux assurées enceintes dans leur 3ème trimestre de grossesse ou ceux pris en charge en Affection de Longue Durée au titre des pathologies listées par le Haut Conseil de Santé Publique. Vous pouvez vous même effectuer la démarche, sans passer par votre employeur ni par votre médecin traitant, et demander à être mis en arrêt de travail pour une durée initiale pouvant aller jusqu’à 21 jours.

Les personnes exposées face au coronavirus

Les critères permettant d’identifier des personnes dont l’état de santé conduit à les considérer comme exposées à une forme sévère de la maladie ont été établis par le Haut Conseil de la Santé Publique a établi

  • Femmes enceintes;
  • Maladies respiratoires chroniques (asthme, bronchite chronique…);
  • Insuffisances respiratoires chroniques;
  • Mucoviscidose;
  • Insuffisances cardiaques toutes causes;
  • Maladies des coronaires;
  • Antécédents d’accident vasculaire cérébral;
  • Hypertension artérielle;
  • Insuffisance rénale chronique dialysée;
  • Diabètes de type 1 insulinodépendant et diabète de type 2;
  • personnes avec une immunodépression: pathologies cancéreuses et hématologiques, transplantations d’organe et de cellules souches hématopoïétiques; maladies inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur; personnes infectées par le VIH (à moins de 200 CD4);
  • Maladie hépatique chronique avec cirrhose;
  • Obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40.

Informations générale sur le Covid-19

La maladie Covid-19 débute après 2 à 14 jours d’incubation (en moyenne 3 à 7 jours) par des signes cliniques peu spécifiques: toux, fièvre supérieure ou égale à 38° ou sensation de fièvre, essoufflement, fatigue, manque d’appétit, écoulement nasal, douleurs musculaires, maux de tête, maux de gorge. D’autres signes apparaissent ensuite dans certains cas: vomissements, diarrhées, vertiges, conjonctivite. L’analyse actualisée des données épidémiologiques met en lumière l’étendue des signes cliniques de l’infection, allant de formes sans symptômes jusqu’aux formes les plus graves. Les symptômes respiratoires restent les plus importants.

En savoir plus

Si vous souhaitez plus d’informations ou si vous pensez être exposé·e, l’Onusida a publié un guide à l’attention des personnes vivant avec le VIH, téléchargeable sur leur site: «VIH et COVID-19 informations à l’intention des personnes séropositives».

mattis nec commodo ut luctus nunc risus. felis at ut accumsan Aenean