Immunologie — Recherche vaccinale: la cible dendritique

Les résultats précliniques d’une nouvelle approche vaccinale ciblant les cellules dendritiques, qui jouent un rôle majeur dans la réponse immunitaire, sont publiés par la revue international PNAS.

Une étude de vaccination préclinique, car dans son modèle animal, menée par les équipes des chercheurs Ralph Steinman et Bob Seder, a comparé les réponses immunitaires induites par vaccination avec la protéine HIV Gag p24 à celles induites par la même protéine ciblée aux cellules dendritiques1Cellules particulières du système immunitaire dont la fonction majeure est la présentation des antigènes notamment aux lymphocytes T. Ce sont les seules cellules capables d’initier la réponse immune dire «adaptative». Le prépuce par exemple est riche en cellules dendritiques. grâce à des anticorps spécifiques pour le récepteur de surface DEC205.

L’approche vaccinale par anticorps anti-cellules dendritiques repose sur le ciblage par ces épitopes du VIH sur les cellules dendritiques par le biais d’anticorps monoclonaux spécifiques de molécules de surface de ces cellules. De cette manière, les cellules dendritiques sont capables de moduler la réponse immunitaire spécifique aux épitopes2Fragments antigéniques contre lesquels doivent être dirigés les réponses immunitaires induites par un candidat-vaccin que ce soit en termes d’anticorps ou de réponse cellulaire du VIH.

L’étude montre que l’anticorps anti-DEC205 couplé à la protéine HIV Gag p24 induit une meilleure réponse des cellules cytotoxiques CD8+ spécifiques par rapport à la protéine Gag p24 seule. En revanche aucune différence significative n’est observée pour les réponses CD4+. L’analyse de la réponse humorale (anticorps) induite par les deux types de vaccination montre que la protéine Gag p24 non-ciblée est capable d’induire des anticorps ayant une avidité plus élevée. Pour les deux candidats vaccins, l’adjuvant3Agent non spécifique utiliser en plus du candidat vaccin pour stimuler le système immunitaire et améliorer la réponse vaccinale. poly ICLC était nécessaire pour obtenir les réponses humorales et cellulaires.

De plus, les auteurs montrent que une vaccination de rappel («boost»), 31 semaines après la vaccination par Gag p24 ou DEC205-Gag p24, en utilisant un vecteur viral (NYVAC) est capable d’augmenter le niveau des réponses immunitaires.

Ces résultats montrent clairement l’intérêt de cette approche vaccinale innovatrice. D’autre part, l’étude montre que une vaccination par protéine (ciblée ou pas contre les cellules dendritiques) suivie par une vaccination par vecteur virale est capable d’induire une forte réponse immunitaire spécifique au VIH dans un modèle primate.

> Flynn B et al. (2011), Immunization with HIV Gag targeted to dendritic cells followed by recombinant New York vaccinia virus induces robust T-cell immunity in non-human primates. PNAS 5 April 2011.

massa vel, consequat. ipsum id justo eget