Onusida — Le Global Report en ligne

L’état actuel de la réponse mondiale à l’épidémie est présenté dans le dernier rapport de l’Onusida, qui présente des chiffres encourageants et qui bénéficie d’un mini-site très complet.

L’état actuel de la réponse à l’épidémie est présenté dans le dernier rapport de l’Onusida, qui présente des chiffres encourageants et qui bénéficie d’un mini-site très complet

Le nombre de personnes infectées continue d’augmenter, mais le nombre de nouvelles infections est en baisse. Un signe, selon Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida, que «nous sommes en train de briser la trajectoire de l’épidémie de sidaSida Syndrome d’immunodéficience acquise. En anglais, AIDS, acquired immuno-deficiency syndrome.
Voir la définition
grâce à des actions audacieuses et des choix intelligents»
.

Les estimations du rapport portent à 2,6 millions le nombre de personnes nouvellement infectées par le VIHVIH Virus de l’immunodéficience humaine. En anglais : HIV (Human Immunodeficiency Virus). Isolé en 1983 à l’institut pasteur de paris; découverte récemment (2008) récompensée par le prix Nobel de médecine décerné à Luc montagnier et à Françoise Barré-Sinoussi.
Voir la définition
en 2009. Ce chiffre est inférieur de près de 20% à celui de 3,1 millions de 1999.

En 2009, 1,8 million de personnes sont décédées de maladies liées au sida, contre 2,1 millions en 2004.

La prévention efficace

De 2001 à 2009, le nombre de nouvelles infections à VIH s’est stabilisé ou réduit dans 56 pays au moins à travers le monde, dont 34 pays d’Afrique subsaharienne.

Parmi les cinq pays affectés par les plus grandes épidémies de la région, quatre (Éthiopie, Afrique du Sud, Zambie et Zimbabwe) ont réussi à faire baisser de plus de 25% le nombre de nouvelles infections à VIH. Parallèlement, l’épidémie s’est stabilisée au Nigéria.

Le rapport insiste sur l’importance de la prévention sur ces bons résultats.

La disponibilité et l’utilisation du préservatif ont augmenté de manière significative. Dans 11 pays — du Burkina Faso à l’Inde et au Pérou — les personnes interrogées déclarent avoir utilisé un préservatif dans 75% des cas lors de leur dernier rapport sexuel induisant un risque élevé de contamination. Les données de 78 pays révèlent que le taux d’utilisation du préservatif parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes a été supérieur à 50% dans 54 pays. Les rapports sur l’utilisation des préservatifs par les professionnel(le)s du sexe sont également encourageants: Dans 69 pays, plus de 60% déclarent en avoir utilisé avec leur dernier client.

Le recours à la circoncision dans leurs programmes de prévention demeure faible au niveau de la population et ces programmes n’ont pas encore eu d’impact significatif sur les nouvelles infections à VIH.

Pourtant, la prévention ne représente qu’environ 22% de l’ensemble des dépenses allouées à la riposte au sida dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, ce qui reste insuffisant.

Enfin, il est intéressant de noter que le rapport ne mentionne que brièvement le traitement comme prévention (treatment as prevention ou TasPTasp «Treatement as Prevention», le traitement comme prévention. La base du Tasp a été établie en 2000 avec la publication de l’étude Quinn dans le New England Journal of Medicine, portant sur une cohorte de couples hétérosexuels sérodifférents en Ouganda, qui conclut que «la charge virale est le prédicteur majeur du risque de transmission hétérosexuel du VIH1 et que la transmission est rare chez les personnes chez lesquelles le niveau de charge virale est inférieur à 1 500 copies/mL». Cette observation a été, avec d’autres, traduite en conseil préventif par la Commission suisse du sida, le fameux «Swiss statement». En France en 2010, 86 % des personnes prises en charge ont une CV indétectable, et 94 % une CV de moins de 500 copies. Ce ne sont pas tant les personnes séropositives dépistées et traitées qui transmettent le VIH mais eux et celles qui ignorent leur statut ( entre 30 000 et 50 000 en France).
Voir la définition
), signalant que des essais sont en cours pour évaluer l’efficacité du traitement dans le cadre d’une prévention combinée.

> Global report, le mini-site sur l’ouvrage de référence mondial sur l’épidémie de sida. Le rapport est en anglais, mais certains documents sont en français.