Traitemant antirétroviral — La ddI peut causer des hypertensions portales

La FDA lance une alerte à propos de la ddI (didanosine, Videx®): de rares mais graves atteintes hépatiques à type d’hypertension portale ont été rapportées avec l’utilisation de cet inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse.

L’hypertension portale est l’augmentation de la pression sanguine à l’intérieur du système veineux portal. La veine porte conduit au foie le sang veineux provenant du système digestif situé au-dessous du diaphragme. L’hypertension portale est à l’origine de diverses pathologies dont les varices œsophagiennes, responsables d’hémorragies digestives sévères.

Une étude de la cohorte VIH suisse, dont les résultats ont paru en août 2009, montrait qu’un traitement par la ddI était le seul facteur de risque de développement d’une hypertension portale non cirrhotique dans cette population. « Une exposition prolongée à la ddI est le seul facteur de risque indépendant trouvé chez les patients infectés par le VIH« , ont souligné les auteurs.

Un ARV peu utilisé

Cette étude et d’autres ont amené la FDA à modifier le résumé des caractéristiques du produit (RCP) de la didanosine et à alerter sur ce possible effet secondaire.

La ddI, associée à nombre d’autres effets indésirables, est maintenant rarement utilisée. Elle reste cependant une importante option de traitement. La FDA estime que, pour certaines personnes atteintes, le bénéfice clinique de cet antirétroviral est supérieur aux risques potentiels. En dernier recours, la décision revient au médecin traitant et au patient.

> Serious liver disorder associated with the use of Videx/Videx EC (didanosine) / FDA. – 29 janvier 2010.
> Association of noncirrhotic portal hypertension in HIV-infected persons and antiretroviral therapy with didanosine: a nested case-control study / H. Kovari et al. – Clinical infectious diseases, vol. 49 n° 4, 15 août 2009. – Pp. 626-635. 

vulputate, velit, commodo eget nec ut