ViiV Healthcare a déposé une demande d’approbation auprès de la FDA pour la première bithérapie mensuelle injectable dans le traitement du VIH

Si elle est approuvée, l’association de cabotégravir et de rilpivirine sera la toute première thérapie injectable à longue durée d’action destinée aux adultes vivant avec le VIH

Londres, le 29 avril 2019 – ViiVHealthcare a déposé un dossier d’approbation de nouveaux médicaments (New Drug Application, NDA) auprès de la Food and Drug Administration (FDA) américaine, en vue d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché de la bithérapie injectable en une injection par mois à base de cabotégravir1Le cabotégravir est un inhibiteur de l’intégrase (INI) expérimental et n’est approuvé par aucune autorité réglementaire dans le monde. Le cabotégravir est en cours de développement par ViiV Healthcare pour le traitement et la prévention du VIH. Il est actuellement évalué sous la forme d’une injection en intramusculaire à longue durée d’action et également en comprimé à prendre par voie orale une fois par jour en phase d’induction, pour déterminer la tolérance au cabotégravir avant une injection à longue durée d’action. (ViiV Healthcare) et de rilpivirine2EDURANT (rilpivirine) est un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (INNTI), administré une fois par jour, utilisé pour le traitement de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH-1) en association avec d’autres agents antirétroviraux chez les patients âgés de 12 ans et plus et pesant au moins 35 kg, naïfs de traitement antirétroviral et ayant une charge virale d’ARN du VIH ≤ 100 000 copies/mL. La rilpivirine injectable à longue durée d’action n’est approuvée par aucune autorité réglementaire dans le monde. La rilpivirine a été développée par Janssen Sciences Ireland UC, l’une des entreprises pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson. La rilpivirine est approuvée aux États-Unis et dans l’UE sous la marque EDURANT sous forme de comprimé de 25 mg administré une fois par jour et toujours au cours des repas. (Janssen) pour traiter l’infection VIH-1 chez les adultes en suppression virologique ne présentant pas de résistance au cabotégravir ou à la rilpivirine.

La soumission s’appuie sur les résultats des études pivot de phase III ATLAS (Antiretroviral Therapy as Long-Acting Suppression)3ATLAS (NCT02951052) est une étude multicentrique de non-infériorité de phase III, en ouvert, en groupes parallèles contre comparateur actif. Elle est conçue pour évaluer l’activité antivirale et la sécurité d’emploi d’une bithérapie injectable à longue durée d’action composée de cabotégravir et de rilpivirine administrée toutes les quatre semaines, par rapport à la poursuite du traitement antirétroviral (TARV) oral actuel composé de deux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI) et d’un inhibiteur du transfert de brin de l’intégrase (INI), d’un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (INNTI) ou d’un inhibiteur de la protéase (IP) chez des personnes en suppression virologique. Le critère principal d’évaluation de l’étude ATLAS est la proportion de participants présentant une CV ARN du VIH-1 dans le plasma ≥ 50 c/mL en utilisant l’algorithme Snapshot de la FDA à la semaine 48 (perdu de vue, changement de traitement ou abandon = échec, population exposée en intention de traiter [ITT-E]). Les sujets devaient présenter une suppression virologique depuis 6 mois ou plus, sous le premier ou le second traitement, sans antécédent d’échec virologique. et FLAIR (First Long-Acting Injectable Regimen)4FLAIR (NCT02938520) est une étude de non-infériorité de phaseIII, randomisée, en ouvert, multicentrique, en groupes parallèles, conçue pour évaluer l’activité antivirale et la sécurité d’emploi d’une bithérapie injectable en intramusculaire à longue durée d’action, composée de cabotégravir et de rilpivirine, chez des adultes vivant avec le VIH en suppression virologique après un traitement d’induction de 20 semaines par Triumeq (comprimés d’abacavir, de dolutégravir et de lamivudine). Le critère principal d’évaluation de l’étude FLAIR est la proportion de participants présentant une CV ARN du VIH-1 dans le plasma ≥ 50 c/mL en utilisant l’algorithme Snapshot de la FDA à la semaine 48 (perdu de vue, changement de traitement ou abandon = échec, population exposée en intention de traiter [ITT- E])., menées chez plus de 1 100 patients dans 16 pays et dont les résultats montrent que l’association de cabotégravir et de rilpivirine injectée une fois par mois est aussi efficace, à la semaine 48 de l’étude, pour maintenir la suppression virologique comparé à une trithérapie recommandée en une prise en une fois par jour par voie orale. Ces résultats ont été présentés en mars lors de la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections) de 2019.

Deborah Waterhouse, PDG de ViiV Healthcare, a indiqué: «Le schéma injectable mensuel à longue durée d’action de cabotégravir et de rilpivirine permettrait d’espacer d’un mois la prise du traitement des patients vivant avec le VIH, tout en maintenant une efficacité et une tolérance comparables à celles de la trithérapie actuellement recommandée, prise tous les jours par voie orale. Chez ViiV Healthcare, nous sommes fiers d’être à l’origine de cette innovation dans le traitement du VIH et nous nous réjouissons de collaborer avec la FDA pour proposer cette nouvelle option thérapeutique aux personnes vivant avec le VIH aux États-Unis.»

John C Pottage, Jr., directeur médical et scientifique de ViiV Healthcare, a expliqué: «Nous nous concentrons sur le développement de nouveaux traitements innovants dans la prise en charge du VIH, notamment avec des traitements injectables à longue durée d’action, pour proposer aux personnes vivant avec le VIH d’autres options thérapeutiques dans la prise en charge du virus. » Les données des études ATLAS et FLAIR confirment l’efficacité et la tolérance de cette bithérapie expérimentale. 85 % des participants à l’étude ont indiqué la préférer à leur ancienne thérapie quotidienne par voie orale, il semble donc que cette option soit la bienvenue. Si l’injection mensuelle de cabotégravir et de rilpivirine est approuvée, les personnes prendront leur traitement 12 fois par an et non plus 365 jours sur 365.»

ViiV Healthcare et Janssen prévoient de déposer dans les prochains mois des demandes d’approbation réglementaire de la bithérapie de cabotégravir et de rilpivirine auprès de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA), de Santé Canada et d’autres agences au niveau international.

Dans le cadre du dossier de soumission réglementaire à la FDA, ViiV Healthcare a déposé une deuxième NDA pour une formulation en comprimé par voie orale de cabotégravir qui serait utilisée en phase d’induction avec le comprimé par voie orale de rilpivirine une fois par jour déjà approuvé (commercialisé par Janssen sous la marque EDURANT®).

Les études ATLAS et FLAIR font partie du programme d’essais cliniques novateurs sur les bithérapies mené par ViiV Healthcare. 

justo ut Curabitur accumsan mi, dolor. ut facilisis ultricies