Sida Info Service, la crise continue

Depuis presque deux semaines, le site de l’association Sida Info Service, qui gère la ligne d’écoute du même nom, est indisponible. La faute, selon les salariés, à un déménagement précipité et à une «gouvernance hasardeuse», suite aux difficultés financières rencontrées par l’association au début de l’année. Le 30 juin, les salariés avaient décidé de faire grève.

Dans un communqué de presse, les représentants des salariés de l’association explique que «depuis sa création, il y a 26 ans, c’est la deuxième fois qu’une grève aura lieu à Sida Info Service». La situation est tendue depuis des mois. En mars, la structure Sida Info Service a été placée «à sa demande» en redressement judiciaire par le tribunal de grande instance de Paris, suite à de graves difficultés financières. Elle s’était déclarée en «cessation de paiement» le 23 février 2016.

Après avoir quitté les locaux du boulevard de Charonne (Paris XXe) pour Ivry-sur-Seine en décembre 2014 pour faire économiser de l’argent, l’association a dû à nouveau déménager, cette fois à Pantin. Un nouveau déménagement dont les salariés n’ont été informés que quelques jours avant.

Pas de date de remise en service

Depuis, les sites du groupe sont indisponibles. «La direction ne communique pas sur ce sujet —en tout cas auprès des salariés— mais il semble que les serveurs qui se trouvaient à Ivry n’ont pas encore été déménagés à Pantin, explique Alain Miguet, rédacteur en chef du site internet Sida Info Service. Ca fait dix jours aujourd’hui qu’il n’y a plus de Portail Internet et donc plus de sida-info-service.org, plus d’hepatites-info-service.org, plus de ligneazur.org et donc plus de Forum, de questions mail et de LiveChat…» Avant d’ajouter, aujourd’hui, «personne n’est capable de nous dire aujourd’hui quand le Portail Internet sera rétabli»

Cet interruption empêche les usagers d’avoir recours aux services de la relation d’aide à distance (questions mail, LiveChat, Forum…), de s’informer sur la prévention du VIH/sida, des IST, des hépatites, que ce soit pour un traitement d’urgence (TPE), du soutien en cas de contamination par le VIH ou une hépatite, des explications sur la perspective d’un traitement ou d’un changement de traitement, ou d’une orientation vers un centre de dépistage. Jusqu’à présent, les lignes d’écoute téléphoniques restaient accesssibles, mais le 1er juillet, la ligne SIS 0 800 840 800 a aussi été indisponible, avant d’être rétablie.

«Depuis des mois, les salarié-e-s de Sida Info Service se mobilisent avec leurs élu-e-s pour dénoncer la gestion hasardeuse d’une gouvernance à la dérive, explique le commununiqué. Le placement de l’association en redressement judiciaire et la nomination d’un administrateur judiciaire en mars dernier auraient pu être un signal positif. Hélas force est de constater que le pire se poursuit. Chaque jour les conditions de travail à Sida Info Service se détériorent.» 

Les salariés en grève : 

  • «Exigent une transparence immédiate et totale des intentions de la Direction et de l’Administrateur judiciaire.
  • Dénoncent les défaillances des structures de contrôle internes : Conseil d’Administration, Présidence, Bureau, Direction générale dans leur responsabilité quant à la situation délétère de SIS, et son rétrécissement, signe d’un immanquable déclin.
  • Exigent le respect du droit du travail, outil de protection de la dignité des salarié-e-s et de leur engagement continu pour avoir fait de SIS une structure de référence nationale et internationale.
  • Réaffirment leur respect dû aux usager-e-s, des obligations de délégation de service public dévolu par l’État, en l’occurrence Santé Publique France, et par ricochet le Ministère de la Santé, dont Madame la Ministre Marisol TOURAINE est en charge.»

Une direction «bunkerisée»

Alors que toute communication interne est rompue — «la direction est bunkérisée»—, la rupture prolongée de service notamment des sites internet «scandalise», selon Alain Miguet, la toute nouvelle agence Santé Publique France (que l’Inpes a intégré), qui finance en partie la structure et qui avait débloqué des fonds en urgence au début de l’année. L’association est également chargée de diffuser des informations sur le dépistage et ses résultats aux personnes achetant des autotests VIH en pharmacie. L’Agence contactée, les responsables n’ont pas souhaité répondre à nos questions, pendant que le service presse nous déclarait: «La résolution de la situation est à la charge de l’administrateur judiciaire (Maxime Langet). Par ailleurs, une mission de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS) est actuellement en cours au sein de cette structure. Il revient à l’administrateur et aux Igas de proposer des solutions. Nous n’avons pas d’information sur les orientations prises à ce stade.»

Le rapport d’expertise réalisé eu début de l’année par le cabinet 3E Consultants, et remis en novembre dernier au comité d’entreprise, était particulièrement alarmant et dénonçait un manque de transparence et des lacunes comptables comportant «des risques juridiques». L’association s’étant par ailleurs passée de directeur administratif et financier (DAF) durant plus de dix mois. Un rapport contesté à l’époque par Patrice Gaudineau, directeur général de SIS Association, qui rassemble les différentes entités et activités de la structure1A ce jour, la direction n’a pas répondu à prise de contact. Nous mettrons à jour cet article si la situation évoluait.. «Aucune défiance comptable n’a pu être constatée», déclarait-il alors, dénonçant à son tour des faits «pas étayés, soit inexacts, soit caducs». La direction avait désigné l’État et la baisse des financements publics comme responsables de la situation, sans réussir à convaincre totalement.

  • La ligne d’écoute : 0 800 840 800
  • Notre carte des centres de dépistage  : vih.org/cegidd

Mise à jour – 18 juillet 2016

Depuis le 13 juillet, le site est de nouveau disponible, selon l’agence Santé publique france.

Télécharger

dictum dolor. Aenean venenatis vel, libero. elementum velit, fringilla mi, dapibus