Amérique du Sud — Dépistage au Brésil: Un partenariat inédit avec l’Église catholique

Le Ministère de la santé brésilien et la Congrégation des Évêques du Brésil (CNBB, en portugais) ont lancé le vendredi 23 octobre une campagne inédite et historique pour motiver le dépistage du VIH. L’Église va diffuser le matériel auprès des communautés religieuses et des pastorales, ainsi que des médias pour sensibiliser les fidèles sur l’importance du dépistage dans la population en général.

La campagne dont le slogan est «Déclare ton amour à toi-même» veut aussi motiver le dépistage du VIH et de la syphilis chez les femmes enceintes.

Le représentant des évêques, Mgr Dimas Lara Barbosa, préfére ne pas assimiler ce projet avec la question l’utilisation du préservatif: «La campagne se concentre sur l’amour pour soi-même et pour les autres, sur les principes de l’Église. Nous allons continuer à défendre nos positions et le ministère va faire son travail.» Le ministre de la Santé, José Gomes Temporão, a essayé de relativiser la situation: «Les pastorales font un fort travail de défense dans la lutte pour la vie. Nous sommes ici aujourd’hui pour parler de nos idéals en commun.»

Un projet pilote dans 5 capitales

Ce projet pilote commencera le 29 octobre dans cinq capitales d’État: Manaus, Curitiba, Fortaleza, Porto Alegre et João Pessoa. Le but du partenariat est de faire comprendre aux gens la nécessité de connaître leur sérologie, les démarches du test (confidentialité, fiabilité et anonymat) et de les faire venir chercher le résultat auprès des services de dépistage. Le test est offert gratuitement, sans avoir besoin d’une prescription médicale, et est suivi du pré et post accompagnement.

La Pastoral du Sida est présente dans 142 des 272 diocèses dans le Brésil et a 13 000 agents formés sur la question du VIH. La Pastoral des Enfants (260 000 agents) participerait aussi à la campagne. «Au delà de cette structure de mobilisation sociale favorable, l’Église touche les populations vulnérables et est une formatrice d’opinion publique», a expliqué le directeur-adjoint du Département des ITS, Sida et Hépatites Virales, Eduardo Barbosa.

Actuellement, on estime que 630 000 personnes sont séropositives au Brésil dont 225 000 ne connaissent pas leur état sérologique. 

> Lire l’article sur Agencia Aids.com.br (en portugais).

felis id accumsan tristique elementum quis, Curabitur mi, pulvinar mattis mattis