La revue

Oui, Swaps fête aujourd’hui ses 20 ans. Vingt ans de réduction des risques (RdR), mais aussi d’échec de la guerre à la drogue, 20 ans de réponse pénale et d’ambiguïtés persistantes vis-à-vis de la RdR, 20 ans d’attente de la légalisation du cannabis et de la réforme de la loi de 1970, 20 ans de soins dans tous ses aspects pluridisciplinaires.
Swaps a accompagné tous ces combats et avant tout celui de la RdR pour la reconnaissance des besoins et des droits des usagers de drogues. Pendant 20 ans nous avons essayé d’analyser les transformations des usages et de rendre compte des interventions associatives et médicales. 

Fort de son comité de rédaction soudé, à la fois permanent et renouvelé, qui nourrit la réflexion de la revue et apporte son expérience professionnelle pluridisciplinaire. Avec le souvenir intact de ceux qui nous ont quittés trop tôt : Éric Malapert, Jimmy Kempfer, Philippe Périn.

Fort de son indépendance malgré la baisse des subventions publiques mais avec le soutien d’un laboratoire engagé dans la substitution aux opiacés: Schering puis Reckitt-Benckiser, aujourd’hui Indivior, rejoint par Gilead.

Fort de son adossement à vih.org qui porte l’ancrage dans l’évolution des connaissances scientifiques et qui publie l’intégralité de la revue Swaps sur le Web.
Si 1996 est la naissance de Swaps, c’est aussi l’année du lancement de la buprénorphine haut dosage (BHD), c’est l’arrivée des trithérapies anti-VIH, deux révolutions qui ont changé l’avenir des usagers de drogues. Les chantiers ouverts depuis 1996 sont loin d’être achevés et nous sommes tout aussi convaincus qu’au premier jour, qu’un point de vue critique sur un problème de société et de santé publique majeur reste une priorité. Swaps se propose de continuer ses missions d’analyse de la RdR dans toutes ses dimensions et de diffusion des innovations. Qu’il s’agisse d’innovation en termes de politiques publiques, d’éducation des usagers, ou de traitements.

Dans ce numéro 20 ans, nous avons voulu aussi, au-delà du constat de l’histoire, donner une parole libre sous forme de trois questions à différents acteurs de la RdR ou de la société civile questionnant leur vision des 20 ans à venir et leurs regrets pour les 20 ans passés.

Articles liés

02.02.17

Les années 1990 constituent un moment charnière pour l’offre de drogues en France. La rupture la plus importante concerne l’arrivée massive de la cocaïne latino-américaine sur le Vieux continent, tandis que les trafics d’héroïne, affectés par l’introduction des traitements de substitution en 1996, amorcent un déclin, qui ne sera toutefois pas définitif du fait de la persistance d’usages d’opiacés moins visibles que dans les années 1980. En outre, le marché de la résine de cannabis se pérennise, tandis qu’un certain nombre de signes annoncent des mutations, portant notamment sur le phénomène croissant des cultures industrielles de marijuana.

19.01.17

La réduction des risques (RdR) ne s’est pas insérée sans heurts dans le paysage thérapeutique français et, réalisée après vingt ans de retard par rapport aux premières initiatives en Europe, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni, la greffe fut plutôt douloureuse. Vingt ans après l’institutionnalisation de la substitution et la mise sur le marché du Subutex® (au 1er janvier 1996), la RdR reste paradoxalement cantonnée dans un statut semi-expérimental que les diverses évolutions législatives depuis n’ont pas vraiment contribué à clarifier.

05.01.17

À Paris, se sont tenues les 18 et 19 novembre 2016 les journées «Controverses, consensus et perspectives sur 20 ans de traitement de l’addiction aux opioïdes». Pour prendre toute la mesure de l’exception française en matière de traitements pharmacologiques de l’addiction aux opiacés (en France, méthadone et buprénorphine) ou french paradox, Jean-Pierre Daulouède nous invite à revenir 20 ans en arrière.

04.01.17

À l’image de l’UNGASS 2016, le consensus international autour de la «guerre à la drogue» semble affaibli, même si le paradigme prohibitionniste reste le référentiel dominant. En France, la loi de 1970 continue de faire débat, bien que toutes les propositions de réforme, d’initiative parlementaire ou intragouvernementale, soient restées sans suite.

14.12.16

Entre les fantasmes et une réalité souvent complexe, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) s’efforce depuis plus de 20 ans, en s’appuyant sur ses propres enquêtes et sur les données produites par d’autres institutions, de rendre lisibles ces phénomènes de manière réactive et, lorsque c’est possible, de les quantifier.