Des présidents se sont succédés à sa tête (4) et de nombreux dirigeants en régions ont accompagné la révolution sida . Nombreux sont ceux qui sont morts en activité, totalement impliqués dans une bataille pour « arrêter le sida », si je mets des guillemets, c’est que je me suis fais tancer vertement hier à ce sujet, par des vieux attentistes, juste bons à critiquer ce qui se passe, sans jamais rien proposer.

Depuis 30 ans, AIDES informe sans relâche sur les risques de transmission du VIH (puis des hépatites), en adaptant, bien sûr, son discours, aux dernières découvertes en matière de prévention ou de thérapeutique.

Avant l’arrivée des tests de dépistage et des traitements, notre discours était : « comportez vous comme si vous étiez séropositif , utilisez des capotes en toute circonstance », dès que les premières molécules sont apparues nous avons commencé à conseiller largement le test de dépistage.

Quand les traitements sont devenus sérieux, nous avons tout fait pour que chacun puisse améliorer leur efficacité par des ateliers thérapeutiques, tout en essayant d’amener tous ceux qui disaient ne pas utiliser des moyens de prévention à avoir des comportements de réduction des risques. Cela a été le cas des injecteurs de drogues, pour lesquels, avec lesquels, et avec d’autres, nous avons milité pour des programmes d’échanges de seringues, puis des accompagnements et des lieux adaptés pour l’injection. Cela a été le cas aussi pour les homosexuels qui ne se protégeaient pas tout le temps ou rarement, voire jamais. Après plus de 13 ans cette stratégie n’est toujours pas comprise, j’ai du mal à savoir si c’est de la bêtise, de la mauvaise volonté, de l’idéologie, ou la jalousie de ne pas avoir eu cet arsenal à disposition dans le passé.

Les Terroristes du préservatif auraient entièrement raison si tout le monde utilisait les condoms. Mais que fait-on avec ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas en utiliser ? Lors d’un échange hier sur un réseau qui n’avait rein de social, ni d’agréable, un individu lance : « il faut lui dire que c’est un con, un égoïste….. tu vas voir ça va marcher, j’ai eu des expériences et ça a marché ». OPINIONISME, quand tu nous tiens. AIDES ne peut pas se baser sur un mec qui dit à ses potes, si vous n’utilisez pas la capote vous êtes des sottes!

La nouvelle polémique que nous suscitons en étant volontaristes est sur le Traitement Prophylactique du VIH, c'est-à-dire la prise de molécule antisida avant d’être en contact avec le virus. L’organisation Mondiale de la Santé vient de sortir un guide au sujet de cette Prep (il est bien connu que l’OMS est complètement déjantée et propulse des conseils sans vérifications).

Ce traitement Prophylactique qui est dans des essais dans plusieurs pays et sur plusieurs groupes cibles depuis 2005, donne des résultats très satisfaisants dans des conditions précises et vient s’ajouter à la panoplie des moyens de prévention déjà à notre disposition. En aucun cas, il vient se substituer à quoique ce soit, en aucun cas on peut appeler cela un VACCIN. C’est dans ce cadre que AIDES a demandé la mise à disposition temporaire et encadrée du TRUVADA pour les personnes séronégatives fortement exposées au VIH.

Encore une fois les hystériques attentistes nombrilistes vont crier au meurtre ….. Nous ne souhaitons qu’une chose, en finir avec le sida… Et on sait bien, et même ceux qui poussent des cris de putois le savent aussi, que c’est en conjuguant les méthodes différentes que nous arriverons à notre objectif, on pourrait aussi y arriver plus facilement en conjuguant nos forces, mais là je pense que c’est « utopississime ».

Toujours plus de Prévention.
Toujours plus de dépistages
Toujours plus de traitements efficaces.
Et le sida sera vaincu