MARSEILLE et les scoops de la PQR

Je ne résiste pas … je vous poste le courrier de Thierry GAMBY , président Fondateur de AIDES en PROVENCE (en 1985), Médecin Dermato-Vénérologue à l’hôpital St Joseph , ancien chef de Service, au sujet du Scoop Vaccinal à MARSEILLE

Bonjour à tous

Un certain nombre de personnes ont cru , à l’occasion d’articles tapageurs de la presse régionale et nationale , qu’il y avait une « révolution » marseillaise dans le traitement de l’infection VIH

La médiatisation de cette étude telle qu’elle a été faite était très prématurée , donc discutable sur le plan de la rigueur

Je préfère l’article tout en nuances du Quotidien du Médecin

Que faut-il comprendre et retenir ??

– il y a une étude de vaccin à Marseille , il y en a beaucoup d’autres sur le même sujet de par le monde , et celle-ci n’a pas fait la preuve qu’elle soit plus intéressante que les autres
– il s’agit de travaux préliminaires , dont les résultats ( bons ou mauvais ) ne seront pas connus avant plusieurs années
– les précédentes études du même type , très prometteuses , se sont soldées par des échecs
– même si l’approche est originale , ce n’est pas l’usage , dans les milieux scientifiques , de médiatiser le succès d’un projet de recherche avant d’être en mesure de publier des résultats dans des congrès internationaux
– les courageux volontaires qui s’engagent dans cette étude devront se soumettre à de multiples passages à l’hôpital , prélèvements , changements de traitements , sans avoir aucune garantie , il faut leur rendre hommage beaucoup plus qu’à des annonceurs fanfarons
– les annonces prématurées sont délétères pour la psychologie des patients et de leur entourage , nous le constatons tous les jours

Enfin et surtout :

il est éminemment regrettable qu’une certaine presse soit incapable de publier , de commenter et de resituer dans leur contexte les multiples études de haute qualité faites sur le VIH et présentées régulièrement dans les congrès ( aucune recherche n’est aussi brillante , aussi rapide , aussi productive que celle des chercheurs dans ce domaine et l’approche de l’éradication se fait sentir ) , et balance au public la première information venue sans en comprendre les tenants et les aboutissants , dans le cadre d’un cocorico locorégional un peu ridicule .

Ce n’est pas la première fois , loin de là , qu’on porte au pinacle des études marseillaises mais bien souvent celles dont on parle … ne sont pas les meilleures !

Il faut donc s’intéresser à cette étude , mais aussi aux autres , sans a priori …

Espérant ne pas vous avoir choqués et avoir répondu à des questions qu’on pose en ce moment tous les jours aux médecins qui sont sur le terrain ( beaucoup de cliniciens de l’ASLP étaient consternés , lors de la réunion du jeudi 31 au soir , de la mal compréhension de cette information au niveau du public )

Très cordialement

Th. GAMBY

tempus adipiscing diam neque. eget nec eleifend facilisis