« Ce rapport Hirschel, c’est un grand soleil qui entre dans ma vie » (1/2)

Savoir qu’on est plus à risque de transmettre le VIH, ça change quoi ? Les séropositifs prennent la parole.

L’Isle sur Sorgue, novembre 2010. Lors des Universités des personnes séropositives organisées par AIDES, une douzaine de personnes, séropositives ou séronégatives, mais toutes séro-concernées, ont choisi d’échanger, lors d’un atelier sur l’avis suisse.

 

Le TASP, on en pense quoi quand on est séropo ? C’est Emilie, la quarantaine flamboyante, qui est à l’initiative de cet atelier : « OK, on nous balance un rapport qui nous dit que notre risque de transmettre le virus à notre partenaire stable est quasi nul si on est traité efficacement et qu’on n’a pas d’IST. C’est bien beau, mais qu’est ce qu’on ressent sur cette idée nouvelle de non contamination en tant que séropos ? Comment on s’approprie cette information ? « .

Autour d’Emilie, des personnes très différentes : des femmes, des gays, des hétéros, certains contaminés depuis longtemps, d’autres depuis peu. Des urbains, des ruraux, des migrants. Des personnes traitées, d’autres pas. Certains en couple séro-différents, d’autres qui n’ont pas de relation stable en ce moment. Et aussi Grégoire et Mathieu, tous deux la vingtaine, « séronégatifs au dernier test » et venus parce que leurs copains sont séropos. Et qu’ils se posent, eux aussi, des questions. Ça commence sur les chapeaux de roue…

Ne plus être contaminant, ça change quoi ?
Stéphane, la quarantaine : « Ma copine est séronégative, et nous on pratique Hirschel. Ce rapport a changé ma vie, tout redevient possible ».
Marc, la trentaine : « Maintenant, quand j’ai envie de sexe, je ne coupe plus mes envies systématiquement ».
Amine, la cinquantaine : « Pour moi, la nouvelle de ne plus être contaminant, c’est l’aboutissement d’un long chemin de misère et de bonheur. Ce rapport Hirschel, c’est un grand soleil qui entre dans ma vie, c’est de l’espoir. C’est quelque chose qui me donne plus de caractère pour lutter pour moi et pour ceux qui m’entourent et qui ont besoin de moi ».

Georges : « Moi je me pose plein de questions. Si tu es Africain, si un séropo te demande ta fille en mariage, tu ne vas pas lui donner. Alors, c’est quelque chose d’hyper important, cette possibilité de non transmission. Ne plus être contaminant ou presque pas, c’est rassurant. Ça solidifie le couple, ça permet de faire des enfants. C’est bien aussi pour lutter contre la pénalisation de la transmission, qui m’inquiète beaucoup ».
Didier : « Moi, j’ai l’impression de revivre. Je me sens plus léger. C’est le bout du tunnel ».

Lire la suite sur Séronet.

 

leo. accumsan vel, justo eleifend pulvinar adipiscing consequat.