Essai MONOI — Darunavir : la monothérapie boostée

L’étude MONOI ANRS 136, lancée en 2007 par le Pr. Christine Katlama et présentée par à l’IAS 2009, confirme l’intérêt des monothérapies par inhibiteur de protéase.

L’essai a évalué si un traitement simplifié par une monothérapie de darunavir, «boosté» par ritonavir permet une efficacité similaire à la poursuite d’une trithérapie comportant deux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (NRTIs) associés au darunavir.

Après 48 semaines de suivi, on observe du succès virologique de 94% dans le bras «monothérapie» par rapport à 99% dans le bras «trithérapie», soit une équivalence des deux traitements. L’étude concernait 225 patients en succès virologique, c’est-à-dire avec une charge viraleCharge virale La charge virale plasmatique est le nombre de particules virales contenues dans un échantillon de sang ou autre contenant (salive, LCR, sperme..). Pour le VIH, la charge virale est utilisée comme marqueur afin de suivre la progression de la maladie et mesurer l’efficacité des traitements. Le niveau de charge virale, mais plus encore le taux de CD4, participent à la décision de traitement par les antirétroviraux.
Voir la définition
inférieure à 400 copies/mL pendant au moins dix-huit mois et à 50 copies /ml.

Moins chère et moins toxique

Les avantages d’une monothérapie sur une multithérapie sont multiples. Outre la minimisation des effets indésirables et de la toxicité potentielle, l’intérêt en termes de coût se révélerait également particulièrement attrayant, en particulier pour les pays du Sud.

Une seule classe d’inhibiteurs du virus, les inhibiteurs de la protéase virale, permet d’envisager ce type de stratégies. Plusieurs essais de monothérapie utilisant le lopinavir «boosté» ont suggéré l’efficacité de cette démarche.

Comme le rappelle cet article sur le site d’Actions Traitements, Le darunavir sur les traces du lopinavir, l’essai MONARK (entre autres) comparait déjà une monothérapie de lopinavir/ritonavir (Kaletra®) et une trithérapie classique chez les sujets naïfs de traitements.

La fiche de l’essai est disponible sur le site de l’ANRS (PDF, 68,7 Ko).