Avec ou sans protocoles de soins, l’injection parmi les usagers reste un enjeu de santé publique

Le mésusage des traitements de substitution est surtout le fait de jeunes consommateurs en grande précarité, d’usagers qui sont le plus en difficulté avec leur consommation. Aider les médecins à mieux prescrire et développer des actions de réduction des risques pourraient faire baisser l’incidence de ces usages détournés.

Prévalence de la fibrose hépatique chez les usagers de drogues fréquentant les Caarud et Csapa d’Ile-de-France

En France, la première cause de contamination par le virus de l’hépatite C (VHC) reste le partage du matériel contaminé entre les usagers de drogues (UD). Selon l’étude InVs-ANR Coquelicot, en 2004, la prévalence du VHC parmi les UD est de 59,8% et passe à 72,5% chez les usagers de crack. Un grand nombre d’UD infectés ne sont pas soignés, par peur du traitement, des examens ou encore parce qu’ils en sous-estiment la gravité. L’utilisation du FibroScan® permet une évaluation non invasive de la fibrose hépatique et aussi de passer du dépistage, stade auquel souvent les UD arrêtent leur démarche de soin, au stade de diagnostic, plus parlant.

« Insite » porte-drapeau pour lutter contre la guerre anti-drogue

Vancouver, ville portuaire mondialisée, la plus importante de l’ouest canadien, située dans la province de la Colombie-Britannique, à la frontière des Etats-Unis. C’est ici que la seule salle d’injection supervisée (SIS) d’Amérique du Nord, Insite, a ouvert en 2003, au grand dam des Etats-Unis…