Le Plan «populations d’Outre-Mer» vu de la Guyane

Guyane : la prévalence la plus élevée de France, une incidence 17 fois plus importante qu’en métropole, des populations isolées socialement et géographiquement. Pour la première fois, un Plan spécial DOM a été élaboré suivant les orientations dressées par le Conseil national du sida en février 2008. 
Mais si l’ambition est là, les moyens font cruellement défaut pour résoudre les difficultés.

Les associations entre espoir et inquiétude

La version finale du Plan, rendue publique en toute discrétion début novembre, après de multiples allers-retours, a plutôt séduit les associations. Et pour cause, la copie a été préparée avec leur aide. Mais l’inquiétude demeure : les promesses seront-elles tenues ? Nous avons recueilli les points de vue d’Act-Up Paris, Aides et Sidaction.

Au risque de l’inertie

En décembre 2010 enfin le Plan est arrivé. A première vue, la clarté de la présentation du document imprimé ne laisse rien apparaître des affres de la gestation et de la confusion qui l’a entourée. On la devine, certes, avec la liste imposante des membres groupes de travail pléthoriques, au moins sur le papier et des avis, rapports et recommandations dans lesquels ses auteurs étaient enjoints d’enraciner des propositions nouvelles.