Anti-CCR5, anti-CCR2 : un espoir pour les séropositifs

Quelle place pourraient avoir les anti-CCR-5 anti-CCR-2 dans la prise en charge thérapeutique des malades ? Si le TBR-652 n’a pas été retenu dans les Highlights de la Conférence de Vienne par Clinical Care Options, le partenaire officiel de l’International AIDS Society (IAS) en charge de les proposer, c’est peut-être parce que cette molécule est encore à un stade précoce de développement (phase IIa)

Prophylaxie pré-exposition : vers des essais de grande ampleur

Avant de faire l’actualité de novembre 2010, la PrEP était déjà au coeur des discussions, lors de la conférence internationale sur le sida de Vienne en juillet 2010. En particulier, la communication de L. Grohskopf et coll. centrée sur l’expérience menée à San Francisco et Boston avec un modèle de PrEP par ténofovir comprimé.

Transmission de virus résistants: la recherche progresse… à petit pas

L’atelier sur la transmission du VIH était organisé pour la cinquième fois en marge de la conférence de Vienne, les 15 et 16 juillet 2010. Il n’est pas rare de retrouver les participants de l’atelier sur les mêmes thèmes dans les sessions de la grande conférence qui suit. Bon nombre de grandes questions soulevées dans les éditions précédentes sont actuellement plutôt en attente de résultats de recherches en cours, comme l’usage des traitements en prévention de la transmission. D’autres thématiques, comme la transmission de virus résistants, progressent à plus petits pas mais plus régulièrement.

Activation immunitaire généralisée et infection VIH

A Vienne, le rôle délétère et central de l’activation immunitaire généralisée et de l’inflammation chronique au cours de l’infection par VIH a été au centre des discussions. Des approches nouvelles pour contrer la réplication virale et les cibler directement, à travers de nouvelles molécules, commencent à voir le jour.

Persistance du VIH et réservoirs viraux

Grâce aux antirétroviraux, les patients infectés par le VIH maintiennent leur charge virale au-dessous du seuil de détection. Cepen­dant, malgré leur efficacité, même les antirétroviraux les plus puissants ne peuvent éliminer complètement le virus, car il reste à l’état latent dans certaines cellules : c’est le réservoir viral. On en sait désormais un peu plus sur son rôle.