Vaccination contre le VIH: où en est-on ?

Même si les nouvelles infections par le VIH ont été réduites de moitié depuis le pic de 1997, les données récentes montrent que le nombre de personnes infectées continuera d’augmenter à moins que des stratégies préventives plus efficaces ne soient mises en place. Contrairement à ce qui a été le cas avec le vaccin anti-Covid-19, les problématiques pour un vaccin anti-VIH portent moins sur la question du choix de la plateforme vaccinale que sur la caractérisation de l’antigène vaccinal.

Communication autour du «Vaccin» de Biosantech : nouvel effet d’annonce et réactions des spécialistes VIH/sida

Avec son annonce de résultats préliminaires, «encourageants» mais non publiés, d’un vaccin curatif testé sur des patients séropositifs à Marseille, la start-up française Biosantech a une nouvelle fois créé le buzz autour d’elle, avant que les militants engagés dans la lutte contre le VIH et des scientifiques dont le directeur de l’ANRS Jean-François Delfraissy, n’appellent à la raison: ces résultats ne veulent rien dire.

Progrès dans le domaine des vaccins contre le VIH: De nouveaux essais sur l’homme d’ici à 2016?

Une étude dans laquelle des volontaires en Afrique du Sud on reçu RV144, le seul vaccin qui jusqu’ici a montré de l’efficacité dans la prévention du VIH, a constaté une réponse immunitaire plus importante chez les volontaires d’Afrique du Sud, par rapport aux volontaires de l’étude initiale en Thaïlande. Une nouvelle étude, HVTN100, qui commencera en janvier, donnera à d’autres sud-africains une version de RV144 spécifiquement adaptée aux sous-types de VIH les plus communs en Afrique du Sud plutôt qu’en Thaïlande. Si, en conséquence, la réponse immunitaire est plus forte, une grande étude d’efficacité est prévue pour 2016.

Infection à Chlamydia: effet synergique d’une combinaison d’antigènes

Une équipe italienne identifie, par séquençage haut débit, des antigènes de Chlamydia trachomatis producteurs d’anticorps, et montre que, chez des souris, diverses combinaisons de ces antigènes stimulent des lymphocytes T CD4+ multifonctionnels, ce qui constitue une avancée importante dans la recherche d’un vaccin contre les infections à chlamydia.