« La prévention sanitaire », Cour des comptes, octobre 2011

La prévention sanitaire, vue par la Cour des comptes (exemple de l’alcool), constitue un document aussi opulent qu’intéressant livré en octobre 2011. La Cour des comptes y dresse l’état de la prévention et des financements de la prévention vis-à-vis des maladies et infections en France, sur 138 pages.

Les politiques de réduction des risques depuis l’appel de Vienne

Quelques experts scientifiques, cosignataires de l’appel de Vienne en juillet 2010, se sont retrouvés pour évoquer les éventuels changements des politiques afin de promouvoir l’accès aux traitements. Selon Michel Kazatchkine, envoyé spécial des Nations unies pour le VIH/sida en Europe orientale et en Asie centrale, quelques progrès sont à noter, ils restent très insuffisants et justifient une mobilisation de tous les acteurs pour peser sur les choix politiques.

Drogues, sida et politiques publiques

La conférence de Washington a consacré une part relativement importante de son programme aux politiques publiques des drogues. Mais Michel Kazatchkine, envoyé spécial de l’ONU pour le VIH/sida en Europe orientale et Asie centrale, regrette le manque de mobilisation autour de la santé des usagers.

TasP : Dix articles pour approfondir le débat

Modélisations suffisamment fiables pour les décideurs en santé publique, coûts et évaluation économique, design des essais de prévention combinée, impact de la primo-infection…: PLoS Medicine met en ligne dix articles pour approfondir la question du Treatment as Prevention (Tasp), en anglais. Une question-clé de la Conférence de Washington 2012, qui commence aujourd’hui.

Les stratégies de dépistage du VIH en France : modélisation

Un travail de modélisation, dont les résultats ont été publiés dans PloS One, montre qu’un dépistage proposé une fois à l’ensemble de la population française de 15 à 70 ans apparaît médicalement et économiquement pertinent. Dans les sous-populations où le risque de transmission du VIH est accru, la proposition d’un dépistage répété annuellement est médicalement justifiée et coût-efficace.