Dépistages répétés du VIH à domicile en Afrique du Sud: Une stratégie bien acceptée à large échelle

Les premiers résultats de la première phase de l’essai ANRS 12249 TasP montrent qu’une proposition répétée de dépistage du VIH à domicile est bien acceptée par une population rurale d’Afrique du Sud. Le défi demeure d’amener les individus infectés vers les structures de soins pour une prise en charge de l’infection. Ces résultats sont présentés en communication orale à la 20e conférence internationale sur le sida organisée par l’International Aids Society à Melbourne (Australie) du 20 au 25 juillet 2014. 

Charge virale indétectable: qu’en est-il dans le sperme?

Existe-il un risque résiduel de transmission du VIH chez des patients dont la charge virale plasmatique est indétectable ? C’est la question que se sont posée les chercheurs de l’étude EVARIST – ANRS EP 49, financée par l’ANRS (France REcherche Nord&sud Sida-hiv Hépatites). L’étude effectuée chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) met en évidence que malgré une charge virale plasmatique indétectable depuis au moins 6 mois, une charge virale dans le sperme, dont l’infectivité n’est pas démontrée, peut être décelée chez certains individus. Ces résultats ont fait l’objet d’une première publication le 15 juin dans la revue Clinical Infectious Diseases.

Comment rendre plus lisibles les résultats des études de modélisation ?

Les études de modélisation ont pris une importance réelle dans l’articulation des stratégies de prévention du VIH. Pourtant, on reproche souvent à ce type d’exercice d’être très sensible aux hypothèses retenues ou encore à l’architecture choisie par les auteurs pour leur modèle. Cela peut contribuer à susciter un certain scepticisme par rapport à leurs résultats. Différents articles viennent récemment de proposer des façons innovantes de présenter des résultats issus de la modélisation et d’en rendre ainsi les conclusions plus robustes.

La Prep en ordre de marche : Les études en cours

Destinée aux séronégatifs pour réduire leur risque  de s’infecter par le VIH, la Prep, pour prophylaxie pré-exposition par antirétroviraux, semble avoir de l’avenir. En un an se sont accumulés les résultats, spectaculaires ou décevants, jusqu’à une demande d’extension d’indication du Truvada déposée aux Etats-Unis le 15 décembre 2011.