CROI (2009) over

Après un voyage confortable mais épique1Regard amusé de nos hôtes d’Air Canada devant les quatre heures d’attente dans l’avion à l’aéroport de Roissy suite à un petit centimètre de neige !, la CROI 2009 devait sentir bon le sirop d’érable et la francophonie…
Las, cette première CROI au Québec n’a pas mis la francophonie à l’honneur (les assertions en français à l’adresse des francophones tant de la part de John Mellors – «il fait froid dehors mais j’espère que la science vous tiendra chaud…» – que des orateurs français ont plutôt fait un bide devant une conférence restée, en dépit du move, typiquement US…). Mais elle aura bénéficié aux orateurs/trices français(e)s puisqu’il en était tous les jours qui causaient : Anne-Geneviève Marcellin, Yves Levy, François Clavel, Dominique Costagliola, Karine Lacombe, etc.

Françoise Barré-Sinoussi : «les antirétroviraux pourraient jouer un rôle actif dans la prévention»

Le Pr Françoise Barré-Sinoussi, de l’Institut Pasteur (voir notre interview de janvier 2009), était bien évidemment à la CROI 2009. Jean-Philippe Madiou, pour le e-journal de la Lettre de l’infectiologue, l’a interrogée sur sa 1e CROI en tant que Prix Nobel de Médecine 2008 et a accepté que nous reproduisions ici cet entretien.

La prophylaxie pré-exposition à l’étude

« Tsais combien la CROI d’ché nous s’est pas calicer de tout1Se calicer de tout : se moquer de tout en québécois sur la prévention ! » En d’autres mots : le comité de programme de cette 16éme CROI en terre québécoise avait décidé de donner une large place aux méthodes novatrices de prévention et notamment à la prophylaxie pré-exposition (PrEP). C’est donc en séance plénière, ce mardi, que l’on se devait de tout savoir sur la PrEP (25° dedans et -6° dehors, gel dehors et gel antirétroviral dedans, dés 8h30 ; mais le proverbe québécois dit : « si tu trouves moins 6 degrés seulement un peu frisquet, tu vis au Québec »).